Évènements Fraîchement Actualisés

MONCLER OBSCUR

Publié le Mis à jour le

À la rumeur que le prince de Venise pourrait racheter Moncler, l’action a bondi en bourse de plus d’une dizaine de pour cent. Une opération qui pourra laisser une facture de 13 à 14 milliards faisant écho à l’acquisition par le Seigneur des Arnault de Tiffany pour 16 milliards.

Moncler a fait cette année tout ce que qu’il fallait pour que ses ventes explosent, passant de la création futuriste à la réalisation de haut de gamme avec des prix à forte valeur ajoutée. Le prince de Venise, François-Henri Pinault, a déclaré jeudi que la colonne vertébrale représentée par Gucci après une année de purge du groupe et l’élimination de marques non stratégiques dont Puma et Volcom porte enfin ses fruits et Moncler viendra consolider le tout.

Nous voulons faire de Kering le groupe le plus influent du monde en terme de créativité de responsabilité sociale, d’environnement, d’innovation et de performance financière a déclaré le prince. Voilà une ambition toute Wagnérienne. Lire la suite »

LE LUXE EN 2035

Publié le Mis à jour le

Malgré une récente baisse des ventes d’œuvres d’art et des fluctuations sur les ventes de jets et de yachts, la demande pour le luxe continue de croître. Le marché mondial devrait atteindre 1,26 billion d’euros en 2019. Des prévisions de croissance annuelle de 3% à 5 % à taux de change constant jusqu’en 2025 pour les produits de luxe à usage personnel. En 2019, la Chine affiche une croissance de 30 %, confirmant la réorientation locale des achats des clients chinois, suivie par le reste de l’Asie et le Japon. Hong Kong, touchée par les troubles sociaux, est en baisse d’environ 2 milliards d’euros par rapport à 2018. Les Chinois mèneront 90 % de la croissance en 2019.

Les générations Millennials (génération Y) et Z ont contribué à 100 % de la croissance du marché en 2019. La génération Y devrait atteindre 50 % de la valeur marchande en 2035. Et, c’est en Chine et en Asie du Sud-Est qu’ils se montrent les plus dynamiques et les plus attirés par les objets de luxe pour les personnes. Les Ultra High-Net-Worth individuals (UHNWI) représentent environ 30 % du marché mondial, avec des habitudes de consommation de plus en plus extrêmes. La classe moyenne, en particulier en Asie, élargit sa clientèle et par conséquent, les lignes d’entrée de gamme et le canal des points de vente se développent. Lire la suite »

GUO PEI LA VALLÉE DU SI CHIANT

Publié le Mis à jour le

Comme un oiseau d’ébène qui induit la triste couleur de l’imagination d’un sourire d’une chinoise devant les « Délices de Tokyo », voici le sévère décorum de la déconvenue, la vision lugubre du corbeau errant loin du rivage de « l’An Pire » du Milieu… celui de la nuit. Une collection impériale au rivage plutonien, dans la prison de la cité du même nom. Guo Pei nous donne la Chine dans sa sinistre rétro-vision d’un monde si isolé et si agoraphobe ; avec ce message que rien n’est permanent, rien ne meurt vraiment, tout change… essayant ainsi de se souvenir de la maxime de Lavoisier.

Est-il possible de transposer un sujet aussi sensible que la vie et la mort dans une collection Haute Couture ? Une phrase de l’académie du commun des mortels ! Une piste de sable mouvant était décorée d’un portail macabre par son imaginaire lugubre. « Quand j’étais enfant, je pensais souvent à la mort, dit la couturière par l’intermédiaire d’un traducteur. A ce moment là, j’ai aussi pensé à la litote de Pierre Bergé qui disait : » La Haute Couture est morte ». Pour cette collection, du tissu d’ananas de chanvre, un matériau précieux provenant des Philippines et qui existe depuis plus de 400 ans a été utilisé. Une femme à ma gauche de la famille Ding Ding, habillée dans une robe d’une grande couturière chinoise – vous voyez le clin d’oeil – semblait l’avoir enfilée à l’aide d’un chausse-pieds, et faisait sans le savoir de la pub pour le bibendum Michelin, Ah » La NANA » en boîte ! Lire la suite »

LES MEILLEURS DESIGNERS DE PARFUMS

Publié le Mis à jour le

Le design des flacons de parfums, (que certains appellent les bouteilles, une vraie gageure !) est un élément tout aussi essentiel que son contenu. De fait, beaucoup de femmes affirment qu’elles accordent une grande importance à la forme et au design du flacon. Certaines pensent aux couleurs et à la manière dont elles correspondent à la personnalité de celles qui porteront ce précieux « jus » de l’Éden. Bref, le parfum reste un objet luxueux et, pour cette raison, son design est un critère que les parfumeurs ne négligent pas. Nous avons voulu savoir un peu plus sur leur design, et qui sont ces créateurs dans l’ombre stigmatisés par la porte de Francis Bacon ? Et comment un tel petit flacon pourrait-il refléter toute la complexité de son contenu ? Nous partageons avec vous une partie des secrets du design de trois créateurs de flacons pour femme !

Le design du parfum Gabrielle Chanel a été réalisé par Sylvie Legastelois. Le flacon reprend la forme d’une boîte qui appartenait à Coco Chanel. Elle a été fabriquée en verre dit cristallin avec 12 % d’oxyde de plomb et ses facette reflètent la lumière et fait écho à la légèreté de sa fragrance.

Opium YSL possède un flacon d’aspect audacieux une ancienne boîte pour pilules chinoise, réalisé par les Ateliers Dinand. Incarnation de l’élégance et de la modernité, le flacon respire la liberté, la passion et l’indépendance, une performance technique car, à l’époque, tous les défauts du verre venaient se nicher dans la seule bulle visible, un comble ! Lire la suite »

L’AN VIN POUR LVMH

Publié le Mis à jour le

Voilà une semaine bien remplie pour le Seigneur des Arnault, et après avoir conclu la semaine dernière un accord pour l’acquisition de Tiffany & Co, pour un breakfast de 16,2 milliards de dollars, la division vins et spiritueux du groupe vient de prendre une participation majoritaire dans Château d’Esclans, producteur d’un rosé de prestige, noblesse oblige, classé premier rosé français vendu aux Etats-Unis.

Le groupe aurait décidé que le président actuel du château continuerait à superviser celui-ci, tout en cédant 5% de ses actions à Moët Hennessy, qui a également acquis les 50% restants . Le château d’Esclans, situé dans le département du Var, ressemble à une villa de Toscane. Le domaine s’étend sur 660 hectares et les principaux cépages de la propriété sont le grenache et le vermentino. Il est situé non loin des parcs de St-Tropez où le Seigneur a sa propriété.

LVMH possède également Château Cheval Blanc et Château Yquem, et avec ses 21 marques du pôle vin du groupe, il renforce sa présence dans le secteur de l’hôtellerie en achetant le groupe hôtelier Belmond et investit tout azimut. En avril prochain, pour le lancement de son nouveau fleuron, l’hôtel Cheval Blanc au centre de Paris, il nous réservera les restaurants où la vue sera la plus imprenable sur la Seine et sur Notre Dame de Paris. Peut-être que les sommes versées à la reconstruction de la cathédrale de Quasimodo, avaient une vraie raison. « Business is business ». Lire la suite »

LES CALINS DE NOËL

Publié le

Je veux parler ici des rêves bleus que font les demoiselles, laissant leurs yeux sur un lac d’argent tournoyer et pour éventer de leurs ailes le désir qui couve entre leurs bras. Mais, voici le vaisseau des loqueteux, portant leur habit du dimanche un mardi, arrivant par vague colonisée peu à peu par des armées de pétroleuses qui ressemblent plus au sépulcre, mais pour les sapins cela ne m’a pas paru si dichotomique. Quelques gazelles sautaient dans les couloirs de l’Hôtel Plaza Athénée que l’on aurait pu chasser à foison, et ainsi voir le sang couler de ces biches sur la moquette blanche du luxueux palace parisien.

Quelle volonté avait ordonné l’invention de ces formes sophistiquées toujours plus ingénieuses et toujours plus distantes à mesure que les minutes s’écoulaient sur ma Tag avant que le Seigneur rachète cette maîtresse de mes heures ? De la spirale de Gauthier au flacon gravé, seul l’éventail attire mon attention parmi ce qui pourrait être des trésors provenant d’un cabinet de curiosités. Voilà le créateur Sylvain Le Guen qui a cette puissance géniale et déréglée du commun qui triomphe de l’unité orchestrée par l’efflorescence de son génie et de sa gentillesse.

L’éventail en sapin dans le reflet des yeux de ma douce, je suis le seul à en parler, je suis le seul qui soit concerné par ce miroir où l’air circule à travers moi et où l’air a un visage aimant. Voilà l’outil de Karl, que les autres ignorent, mais que la brise de son Hambourg natal lui rappelait souvent. Un outil si plissé qu’il pourrait sortir des plisseurs de Lognon. Voici que le sang aux joues que ma voisine recule, apportant à son visage une pâleur plus que de circonstance, comme le délice d’une âme emprisonnée derrière des convenances. L’artiste de ce sapin pense que les temps pré-adamiques avaient déjà donné cet alizé dans sa région si douce des Abruzzes du talent. Lire la suite »

LES ŒUVRES AU BACON

Publié le

Cette exposition au Centre Pompidou est censée présenter les rapports entre la peinture de Francis Bacon et la littérature, ou plus précisément, certaines de ses lectures qui sont le degré zéro de sa littérature, « La bible ne fait pas le moine ». On peut comprendre qu’entre les pompes à bière de Kensington et son atelier, il « pinte » beaucoup de Pablo. Vous verrez une soixantaine de toiles du « mètre » et de courts passages de six livres provenant de sa bibliothèque, des rêves de littérature élevés au rang d’icônes sacrées, tombés sur une indécente de lit.

Les rapports entre textes et peintures, sujets riches, passionnants et difficiles, sont ponctués de quelques taches blanches représentant sa sexualité à l’image de Michel Houellebecq, ou D Grumler dans leurs œuvres respectives.

J’aurais aimé avoir un éclairage sur Bacon l’anti-Manet, réconciliant la peinture avec la littérature, alors que Manet avait, le premier conçu une peinture libérée du livre. Ces corps ramassés à l’extrême, tordus et écrabouillés, musculeux, disloqués, ravagés, ces distorsions crispées, ces contractures paroxystiques, sont d’abord signes de fulgurances, mais nerveuses, et d’un emportement furieux, presque athlétique, il tombe dans le somatique, psychologique de la mystérieuse animalité d’anthropoïde solitaire et désolée qui est en chaque homme.

J’aurai voulu que l’on m’explique l’étrange ressemblance entre les tableaux de Francisco Goya de la série de la « Casa del Sordo » mais aussi son incommensurable déficit à ne pas pouvoir réaliser une perspective par manque de connaissance de celle-ci. Et toujours les portes noires à l’arrière plan comme la mort qui rode et qui vient toujours nous rappeler que la chair humaine est faible mais surtout mortelle. Lire la suite »

SHANGHAI FASHION WEEK

Publié le Mis à jour le

En dehors des quatre grandes semaines de la mode, Shanghai s’est imposée comme l’un des plus importants pôles de la mode à l’Est, bien que les noms des couturiers les plus connus du pays sont Masha Ma et Uma Wang qui préfèrent d’ailleurs se produire en Europe. Shanghai Fashion Week offre une plateforme pour les jeunes labels indépendants tels que Xuzhi, Oude Wang, et Shushu/Tong. C’est aussi une occasion unique pour les journalistes et acheteurs de la Fashion Sphère de découvrir de nouveaux talents locaux et de s’engager sur un marché massif mais souvent assez complexe.

Parmi les labels à surveiller dans les prochains jours figurent Ximon Lee, Anaïs Jourden (de Hong Kong et régulièrement à Paris), Staff Only, Oude Wang, et Shushu/Tong. La scène chinoise des créateurs indépendants est jeune, mais très lucrative, car les jeunes consommateurs chinois sont à la recherche de marques locales, ce qui en fait le point fort de Gen Z.

Quelque part en Chine, à Hong Kong par exemple, chaque jour, depuis près de six mois, les manifestants pro-démocratie envahissent le quartier d’affaires pour protester notamment contre la politique du gouvernement local. Lire la suite »

YOEYYOU 2020 SHANGHAI

Publié le Mis à jour le

 

Une vapeur d’encens en voile d’étamine suit les rêves blanc nacré de la douceur Byzantine. La Chine se mêle au thé et son breuvage brûlant embaume les heures chaudes des patios du désert de Gobi. La caresse de l’air coule comme la brise, tout doucement, et fait tinter les hanches d’argent de la femme de Jade. Lire la suite »

LA TRANSPARENCE DANS L’INFLUENCE

Publié le

Alors que le secteur de la mode s’efforce de définir ce qu’est réellement un Influenceur ou une Influenceuse, suceuse de SMS qui se demande encore à quel âge se dessine un majeur. Voilà que des organisations comme la « Federal Trade Commission » aux États-Unis s’attaquent à la publicité mensongère, en d’autres termes, si un Influenceur a été payé pour porter des vêtements d’une marque, il sera désormais obligé de le mentionner dans son « post ». Mercredi, Carlo Capasa, le président de la Chambre Syndicale de la mode Italienne, a déclaré qu’il était temps pour les « Influenceurs » de préciser si oui ou non leurs vêtements ont été empruntés ou donnés en échange d’une rétribution monétaire.

C’est la panique dans le monde des bimbos, cherchant à connaître le mot rétribution, qu’elles confondent la plupart du temps avec cadeaux. Selon une enquête réalisée depuis 2017, l’utilisation des hashtags et la promotion des marques par des personnes influentes des médias sociaux ont considérablement augmenté. La « Camera Nazionale Della Moda Italiana » a publié la semaine dernière un rapport intitulé « Directives et règles de conduite pour les Influenceurs » voulant encadrer les pouffes de mode et autres demi-mondaines qui se pavanent toute la journée aux frais de la comtesse.

C’est une nécessité de protéger les consommateurs contre des informations trompeuses ou inexactes, celles-ci polluent d’ailleurs le marché du commerce électronique. Mais, « alors doit-on dire que nos implants mammaires sont de la publicité mensongère ? » s’est esclaffée Lolo Maserati qui ronronne comme une chatte en chaleur sur les « front rows » de la Fashion Week de Paris. Lire la suite »

HOMO FEMELLE

Publié le Mis à jour le

On le croyait disparu mais l’homme hétéro au foyer revient en force pour la gestion égalitaire du foyer, peut-être ! Il prépare la maison en attendant son « mari ou sa femme » c’est selon. Elle rentre épuisée de travailler fréquentant les derniers connards en excédant de testostérones, qui auraient bien voulu se la faire, et qui finiront par la harceler car « crime de lèse majesté » elle avait oser refuser leurs avances.

Lui prépare des gâteaux dans une cuisine qui sera ensuite nettoyée, astiquée… Le début de sa journée avait commencé par le repassage pour les enfants. L’aspirateur venait ensuite emprisonner les poussières toute entière qui la font éternuer. Vous croyez que la parfaite ménagère serait une femme ! Vous avez perdu, les hommes aujourd’hui enterrent définitivement la vision de la femme des années 1960.

Actif, sportif, bricoleur, bon amant, en principe, l’homo-femelle s’est modernisé. Il offre tous les avantages de la femme sans ses inconvénients. Il n’a ni menstruation ni migraine. Il fait office de sexe-boy sans jamais défaillir, mieux qu’un « gode Michelet » bien éduqué. Il répond au doigt et à l’œil, il s’occupe de la voiture de madame mais aussi des petites pannes ménagères des meilleures amies de sa femme. Elle, délivrée de toutes ces tâches ménagères, progresse chaque jour un peu plus dans son poste, et prépare, pour ses cinquante ans et après sa nouvelle promotion, un cadeau somptueux portant le numéro 911 pour le remercier. Comme cela en voyage, comme d’habitude, quand je conduis, elle dort et quand elle dort, je conduis. Lire la suite »