Non classé

KIMHÉKIM PARIS 2020

Publié le

GILETS JAUNES ET CORONA, LE COCKTAIL FHCM

Publié le Mis à jour le

Avec la recrudescence de Coronavirus en Italie, la Chambre de la Couture institutionnalise les instructions de la Paris Fashion Week et rend son rapport.

Article 1 – les mannequins seront bouches cousues au point de feston ; proposition qui n’a pas fait l’unanimité. En effet, l’homme de Tolède oppose un vif refus prétextant que certaines fument la pipe.

Article 2 – la distribution de préservatifs au menthol sera systématiquement donnée à chaque invité. Attention, cela va chauffer dans les giletières ! Chaque participant devra être équipé d’un masque. Seul Didier Grumler sera exempté, car lui porte le sien déjà depuis 20 ans.

Article 3 – Le « V » de Vuitton sera enlevé de l’ensemble des malles de ces dames, rappelant trop le « V » de Virus, et un peu « d’Eire », cela fait toujours « Dublin ». Pour les Bimbos de luxe, durant les shows, il leur est conseillé de mettre le masque sur les yeux afin de ne pas voir la toxine qu’elles transportent dans leurs lèvres.

Article 4 – La Chambre Syndicale, disque dur au ralenti, aurait mis un masque sur ses ordinateurs afin de les protéger contre cette pandémie. D’après la CGT, il existe un nouveau virus dans la mode : Il s’appelle retour au travail. La bise et l’éternelle litanie du – « tu vas bien ma/mon chéri(e) » – est prohibée jusqu’à nouvel ordre.

Article 5 – La consigne « uncross your legs » ne sera pas respectée, durant les présentations, de peur que les Influenceuses ne partagent leur blennorragie avec les chinoises qui, elles, ont le cul serré, et cela afin d’éviter le développement d’un virus mutant. La bande à « bacilles » sera interdite des « After » du Marais, selon une source bien informée. Lire la suite »

MANSAU UN AN DÉJA

Publié le

La nuit n’est jamais complète il y a toujours, au bout du chagrin, une fenêtre éclairée, il y a toujours un rêve qui veille, un désir à combler, une faim à satisfaire. Serge nous nourrissait de sa magie, mais un an après un seul être vous manque et tout est dépeuplé. Son humour grinçant et corrosif m’inspirait chaque fois que je le rencontrais. Quelqu’un meurt, et c’est comme des pas qui s’arrêtent, mais si c’était un départ pour un nouveau voyage ? Alors j’essaye de me persuader de ne pas dire mourir mais dire naître.

C’est toujours la même larme qui sort de mon oeil quand je vois son public toujours captivé devant son « Flower » de Kenzo. J’aime à penser et j’ai le sentiment que cet homme est un héros ordinaire, mais aussi extraordinaire. Penser cela, c’est déjà un miracle, à voir le nombre de nos semblables se goberger dans une complaisance toujours plus florentine. Je me souviens de cet homme sans compromis qui affirmait ses idées, et qui comme Victor Hugo disait « Lire haut, c’est affirmer à soi-même sa lecture ».  Je lui répétais que l’affirmation de soi-même est un axiome préhistorique de sensibilité. Lire la suite »

R13 NEW YORK 2020

Publié le Mis à jour le

En 2009, Chris Leba a lancé R13, une marque de jeans cool-girl que l’on peut désormais trouver chez les meilleurs détaillants comme Barneys, Shopbop et Totokaelo. Seulement, peu de gens savaient qu’il était derrière tout cela, car jusqu’en décembre, le créateur avait un emploi à plein temps comme vice-président chez Ralph Lauren. Toute la presse s’interrogeait sur la marque et son directeur créatif « anonyme », à la Margiela  pour Galliano.

Leba est maintenant sous les projecteurs avec le premier défilé de R13, qui a eu lieu mercredi soir dans un loft industriel de SoHo, et il a fait forte impression. Dans les coulisses, Leba m’a dit : « Quand on est jeune, les choses ont un impact beaucoup plus profond sur nous. Dans les années 80 et 90, j’étais vraiment jeune et je m’imprégnais de tout. Je garde toujours ce sentiment et cette sensibilité en moi, et c’est aussi en quelque sorte intemporel, dans mon cas.

Anonymode

SORBIER, LES CHEVAUX DE FEU

Publié le

Et le cheval longea ma page avec sa cavalière et ombrait ce que j’écrivais. Il tourna lentement la tête, et comme s’il avait eu peur que je lise en son cœur de bête, étirant son chanfrein, afin de toucher le soleil du Mexique. Il s’élança en roi jouant avec sa liberté éternelle, il galope, plus vite encore sans se soucier du monde qui l’entoure et frôle les aficionados de la Fashion Week, mêlant le vent et ses crins d’or, mais surtout venant sans le savoir faire onduler la robe de Franck Sorbier dans l’horizon de Neptune.

Aujourd’hui l’espace est splendide, sans mors ni éperon, mais surtout sans brider notre esprit. Comme deux anges que torturent une implacable calenture d’organza, dans le bleu cristal du matin nous suivons le mirage lointain ! Oh ! la belle Amazone Mexicaine ! Son jeune front rayonne d’orgueil, et le plaisir lui brûle les pieds par le bonheur de galoper en un lieu si proche d’un totem que l’on mangerait comme un Kuki !… Des Amazones nées filles de La Caballera par la Nymphe guerrière de Mario Luraschi, cela ne s’invente pas. Autrefois, elles vivaient près du Rio Grande et les voilà seules parmi les belles à revêtir l’armure de notre poète de la couture, Franck Sorbier.

Leurs regards hautains enveloppent les mâles engloutis sous les flots de la beauté de la scène. Parmi les rayons morts et les cendres éteintes de la Haute Couture, le président Morand applaudit à tout rompre devant ce spectacle, nos lèvres et nos mots ne profaneront pas l’immortel souvenir de l’étreinte que le couturier nous impose, lui qui est loin très loin de la couche obscène et de l’impur repas que nous sert usuellement la Paris Fashion Week depuis le début de la semaine. Lire la suite »

KERING FORREST BURN

Publié le

Les marques du prince de Venise, Kering, font une donation d’un total d’un million de dollars australien pour lutter contre les incendies de forêt dans le pays, soit une goutte d’eau pour éteindre un océan de feu. Il est vrai que par les temps qui court, il faut mieux investir dans l’écologie que dans un couturier en manque de fond de roulement pour se développer malgré un fort potentiel !!!

A plus long terme, le groupe, qui possède les marques de luxe Gucci, Saint Laurent et Balenciaga ainsi que les marques de joaillerie Boucheron et Qeelin, prévoit de participer à des programmes de reforestation et de biodiversité. Il est difficile aujourd’hui de soutenir un continent comme l’Australie qui a continué à investir dans les énergies fossiles, qui a refusé de signer les accords de Tokyo puis de Paris sur le climat pour doper une croissance de 3% par an depuis 20 an, alors que ce continent avait un atout majeur de développement avec l’énergie solaire, la bio diversité et sa richesse naturelle : pauvres Koalas, les kangourou et autres espèces… Pour toutes ces raisons, le choix de Kering est incompréhensible.

Plus de 50 entreprises de mode se sont ralliées dont David Jones, Country Road Group, Alex Perry, Dion Lee, Toni Maticevski et WelleCo de Elle Macpherson, qui s’engagent à faire des dons. Le gouvernement australien prévoit un fonds de 1,4 milliards de dollars australiens pour la récupération des feux de brousse et a déployé des milliers de réservistes des forces de défense ainsi que 14 millions de dollars australiens de financement supplémentaire pour les avions bombardiers d’eau. Lire la suite »

LE JEUX DU STRASS

Publié le Mis à jour le

Les marques de luxe convergent vers le secteur des jeux et ainsi faire des affaires directement ou indirectement avec des sociétés qui captent plusieurs heures par jour leur public. A l’image de la société Tencent, qui est également propriétaire de We Chat, et domine le marché mondial des jeux et du E.sports pour communiquer et pénétrer la génération des millennials, ces zombies de la vie, égoïstes et qui mangent des hamburgers bio pour continuer à jouer.

L’Internet en Chine est entre les mains de deux géants : Alibaba et Tencent. Leur emprise est digne de la Stasi de l’Allemagne de l’Est, et quand il s’agit de trafic web, de systèmes de paiement et de logistique, Alibaba, le leader chinois de l’e-commerce est tout puissant, et son entrée récente dans l’industrie des jeux et du E.sports depuis 2017, va venir conforter leur emprise sur un peuple de plus en plus abruti par les jeux du stade, mais les Romains et Caligula en particulier avaient déjà compris cela.

Louis Vuitton a publié la semaine dernière une collection dédiée à son partenariat avec la société américaine Riot Games, également détenue par Tencent, pour le championnat du monde de la League of Legends, (l’argent ne fait pas de politique !) Les habits des figurines font écho aux vêtements que Nicolas Ghesquière a conçu pour le personnage d’Qiyana (une indécente de lit) de la League of Legends, qui porte une arme brandée par l’emblématique logo « Louis Vuitton ». C’est comme si un client Vuitton restait dans un magasin plusieurs heures d’affilée, celui-ci restera plus de huit heures en moyenne par semaine devant la publicité déguisée des marques, imprimant ainsi dans son cerveau vide, des impulsions d’achat, d’accessoires totalement inutiles et qui sont totalement indispensables. Lire la suite »

LE SAVIEZ-VOUS ?

Publié le

Des origines de la maison de couture parisienne créée par Marcel Rochas à la naissance des parfums iconiques tels que Femme »et « Eau de Rochas », suivez Hélène Rochas au fil d’une histoire d’amour guidée par la passion de la création. Hélène Rochas, née Nelly Brignole, monte à Paris pour rompre l’ennui de son village de Montauban-de-Picardie.

Son père est mort trépané après la première guerre mondiale. Sa mère est l’une des premières femmes de France à être diplômée comme chirurgien-dentiste et sa demi-sœur, plus âgée, a épousé Tristan Bernard, fils du réalisateur Raymond Bernard. Elle est élève de l’école de danse de l’Opéra national de Paris, puis étudie le théâtre au cours Simon. Elle refusera, plus tard, le rôle principal du film « Casque d’or » de Jacques Becker. En parallèle, elle fait un peu de mannequinat pour la maison Hermès.

Elle rencontre son futur mari à l’âge de 16 ans pendant l’occupation, et la légende raconte que leur rencontre dans le métro a été un coup de foudre. Marcel Rochas, son aîné de 25 ans, est alors un couturier déjà reconnu internationalement avec la maison Rochas. Ils se marient en novembre 1942 et ont deux enfants, François et Sophie, laquelle fondera, plus tard, la boîte de nuit L’Élysée Matignon, et devinez qui habitait en face : Jacques Mouclier. Lire la suite »