Non classé

BOTTEGA VENETA READY TO WEAR FALL WINTER 2018 NEW YORK

Publié le Mis à jour le

Publicités

OSEPH ABBOUD NEW YORK 2018

Publié le

THE WORST OF THE LONDON FASHION WEEK

Publié le Mis à jour le

Une mauvaise conjugaison de couturiers croisés avec des coupeurs, mais seulement de rêve, faits plus pour la boulange que pour la manu-couture. Sorte d’humanoïde de contre faconde, c’est le plus bel exemple de couturiers chiqués, le triomphe de l’échec, l’apothéose du puffisme. Contents d’eux-mêmes, et cela n’est pas un pléonasme ! Ils donnent toute la puissance de leur non talent pour nous rendre ce monde encore plus moche, des élèves des écoles de Didier Grumler et de Pascal Marrant, sortant tout juste de leur apprentissage, des petits singes savants du marketing de circonstance.

Une idée fausse sur tout mais surtout une fausse idée de ce métier, des bons élèves bien notés, animaux savants qui n’avaient que pour but d’en faire un métier qui rapporte en laissant au vestiaire la passion qui aurait dû les animer pour devenir de vrais créateurs. C’est ce que nous appelons chez nous le degré zéro de l’inventivité, les créateurs de la « British Sombre » cherchant d’abord à se glisser comme des serpents dans une profession en pensant que personne ne verra le peu de talent que dieu leur a donné. Lire la suite »

LE VEAU DOUX POUR GAUGHAN

Publié le

Graeme Gaughan, directeur artistique de « Tourne de Transmission », trouve son inspiration dans le vaudou. L’inspiration est alimentée par le « démon du maudit » pour son ascension sur la scène masculine de Londres.

Haïti a galvanisé sa réflexion couture ! Après la naissance d’un bébé hier prénommé « Luxifer », le créateur est dans la tendance plus « Veau » que « doux ». Un carnaval de couture enduit de peinture pour stigmatiser un macabre défilé, marchand d’histoire à la londonienne de Whitechapel, un Jack the Ripper de la couture, qui a pris ses quartiers sans  « Londres » d’un doute pour conquérir la capitale Britannique.

Un Vauban cerné par l’abstinence de la création et dont l’humanité est plus froide qu’un frigidaire passant ses vacances au pôle Nord. Une caricature d’homme de « Londres » qui n’a jamais vu le soleil et ne deviendra certainement pas une étoile. Une « Transmission » automatique qui beigne dans l’huile de vaseline, bref un trou du cru. Mais, sait-il que Jacmel fut fondé en 1698 par des colons français ? Le créateur aura certainement confondu ! Bienvenue dans la Fashion Week de Camelot.

Anonymode

AUX INTELLIGENCES MYCOSÉES

Publié le Mis à jour le

À tous ces cornards de concours, collectionneurs de « Rateaux », intellectuels au repos, têtes de tampons applicateurs, bas-fond de l’intelligence, je ne vous souhaite pas une bonne année 2018. Chaque année a son lot d’infamie, et vous rencontrez des humains de contrefaçon qui viennent vous apprendre la vie, alors qu’ils ne sont eux-même pas vivants. Des vers à soie qui filent toujours du mauvais coton, des rimeurs fripons d’une vie scandaleuse qui ont déchargé leur fiel sur moi et m’ont décrié par des satires mal fagotées. Toute la vengeance que j’en ai pris, n’a été que magnanimité et mépris. Ils l’ont, d’ailleurs, senti avec plus de douleurs qu’une grêle de bastonnades.

Des êtres qui pensent longtemps, et après cela, se trompent en tout point, et d’autres qui trouvent des expédients à tous, sans y avoir pensé auparavant. Il y a des caractères d’antithèse qui ne réussissent jamais mieux, que dans l’imbécillité. Ce sont ces prodiges qui font mal tout ce qu’ils font sur le champ, et mal aussi tout ce qu’ils ont prémédité. L’intelligence qui ne leur vient pas d’abord, ne leur vient jamais ! Lire la suite »

LA CULMIFÈRE DE LA MODE

Publié le

C’était hier le Festival International de la Photographie Culinaire, une manifestation culturelle réunissant deux univers : la nourriture et la photographie artistique. Le beau et le bon parrainés par le grand chef Christian Le Squer, ainsi que le grand couturier et Maître d’Art Franck Sorbier. C’était à la bibliothèque François Mitterrand là où vous pouvez lire les livres les yeux fermés.

Nous sommes montés au 18e étage dans une salle où la scénographie était plus que minimaliste, on pourrait même dire inexistante. Par contre, la qualité des photos posées sur de simples chevalets compensait largement le manque de fioritures. La gagnante, une jeune coréenne, fut récompensée pour une robe créée avec des courgettes et l’autre avec de la ciboulette.

Après les discours usuels dans ce type de manifestation, le seul, qui ressortait du lot, était celui de Franck Sorbier, qui, comme à son habitude, n’avait pas ménagé sa peine. L’art culinaire est comme la haute couture, une véritable science, qui demande patience, justesse et abnégation. C’est aussi une science du jugement et du bon sens. Comme la haute couture et les amours, les aliments les plus amers sont souvent les préférés et, parfois, se transforment en alicaments. Ils oscillent entre le salé et le sucré, une  passion du moment qui devient instantanée et féerique. Lire la suite »

LES PARANOÏAQUES DU LUXE

Publié le Mis à jour le

Il semblerai que le Seigneur des Arnault, principal actionnaire du Monde, ait décidé de retirer jusqu’à la fin de l’année les pages de publicité du géant du luxe prévues dans le journal, suite à l’article de « Palavasse les flots ». Et bien moi, je veux bien que l’on me donne la pub réservée au Monde et voilà ce que j’écrirais sur les « Paradise Papers ».

Le Seigneur n’a pas besoin de défiscaliser. Pourquoi aller dans des paradis perdus puisque qu’il vit déjà au paradis avec un million d’euros par minute ! J’ai des boîtes de cirage en pagaille pour venir cirer vos Berluti. Je sais même faire un effet miroir en crachant sur ladite poulaine, formation assurée par un passage d’un an au service militaire, lieu de non droit où à force d’être à la merci de sergents céphalo abstinents, nous apprenions à naviguer pensant que nous ne rencontrerions plus jamais de débiles de la sorte. Malheureusement, je peux vous l’assurer, j’en rencontre encore tous les jours. Lire la suite »

FASHION ANTIFUCK LAW BY EU

Publié le Mis à jour le

La commission européenne antitrust a lancé une procédure qui reporte leur décision sur la fusion entre la société de lunettes de mode Luxottica et le fabricant de verres français Essilor. Les visionnaires pensaient que les autres étaient aveugles. L’accord de 46 milliards d’euros entre les deux groupes ont incité la Commission Européenne à lancer une enquête pour savoir si elle pourrait entraîner une hausse des prix pour les consommateurs. Les informations demandées par l’UE ne sont pas parvenues en temps et en heure à la commission et la société a 10 jours pour produire les pièces.

Les autorités européennes craignent que la société issue du regroupement puisse avoir assez de poids pour exclure les plus petits concurrents, notant parce que Luxottica est le plus grand fournisseur de lunettes en Europe et dans le monde, tandis qu’Essilor est le plus grand fournisseur de verres optiques. Mais, la réunion de plusieurs maisons dans un même secteur est une des composantes usuelles. Actuellement, on tue la concurrence pour ensuite faire des marges maximum pour les actionnaires. Lire la suite »