Non classé

WORST OF DUBAI FAHION WEEK

Publié le Mis à jour le

Publicités

LA MAKILA, C’EST QUOI ?

Publié le

Le nom latin du néflier, Mespilus germanica, laisse penser qu’il serait originaire d’Allemagne mais il semblerait qu’il ait pu être introduit en Europe du nord de la Perse ou des Balkans, il y a très longtemps. Son fruit est la nèfle qui se consomme blette après les premières gelées et est connu pour ses propriétés médicinales. Au Moyen-Age, elle était très recherchée car elle permettait de soigner les maux intestinaux :  » les nèfles resserrent le ventre ».

La croissance du néflier est lente, ce qui renforce ses qualités. Son bois est dur, homogène et d’un grain très fin. Il prend un beau poli, résiste bien à l’usure et est pratiquement incassable. On le recherchait jadis pour en faire des manches d’outils, des fouets ainsi que des cannes. En Bretagne, la roture taillait son penn-baz (gourdin) dans le néflier. Voltaire écrit que les bourgeois des villes de Flandre jouissaient du droit de prouver leurs prétentions avec la massue de néflier. En Pays Basque, on l’appelle makila : un bâton de néflier ferré au gros bout avec une poignée garnie de cuivre ou de cuir et ayant une dragonne. Lire la suite »

SAUDI ARABIA’S FIRST FASHION WEEK

Publié le Mis à jour le

UN MENSONGE ORDINAIRE

Publié le

Cela a été une grande désillusion pour les élèves de troisième année à qui on avait promis que le rapprochement des écoles de la Chambre Syndicale avec l’IFM ne viendrait pas affecter leur quatrième année. Or les écoles avaient besoin d’une année pour restructurer le nouveau cursus du grand conglomérat de l’enseignement du rasoir et de la machine à produire des animaux savants de la couture Française.

C’est Pascal Marrant qui s’y colle. En bon économiste, il prépare un discours de florentin, si policé, pensant que son intelligence devant les élèves de troisième année sera suffisant pour cette opération de camouflage. Il n’en a rien été du tout. Certains voyant arriver la supercherie lui feront rendre gorge de les prendre pour des incultes inintelligents et imbéciles. L’avantage d’être intelligent, c’est qu’on peut toujours faire l’imbécile, alors que l’inverse est totalement impossible, n’est-ce pas Monsieur Marrant ? Votre nom est maintenant le plus justifié du monde de la mode, monter des murs autour de vous comme un « Franc Maçon », que vous ne voyez même plus la réalité du nombre de florentins courtisans qui vous entourent et vous conseillent.

Donc, en bon élève économiste, le Marrant neurone était arrivé, voulant dire aux élèves présents qu’ils étaient bons pour attendre un an dans la plus grande oisiveté, à attendre que la réorganisation du rapprochement des deux écoles se terminent. Lire la suite »

BRÈVE DE MODE

Publié le Mis à jour le

« Vous vous trouverez sans argent, mais les femmes vous sont bénéfiques et c’est par elle que vous réussirez. » Le cœur tremblant, le jeune garçon écoute avec attention la chiromanciennes. Nous sommes en 1919, il vient de fêter ses 14 ans. De retour chez lui, l’énigmatique phrase résonne encore dans sa tête.

Celui-ci sera à l’origine de l’un des plus prestigieux parcours du monde de la mode et les superstitions rythmeront le destin de ce petit garçon nommé Christian. C’est en 1946 près de 30 ans après cette rencontre que le petit devenu couturier traverse une période d’intérrogation. Il envisage d’ouvrir sa propre maison de couture, une nouvelle étape qui peut s’avérer risqué.

En parcourant les rues de Paris, sortant d’un rendez-vous avec le roi du coton, pesant le pour et le contre, il finit par emprunter la rue du Faubourg Saint-Honoré. Il ne peut s’empêcher d’hésiter, quand,  soudain, il manque de piétiner une petite étoile posée sur le trottoir. Peut-être, était-elle tombée du ciel ? pensa-t-il … En grand superstitieux, il y voit immédiatement un signe du destin et se penche pour la recueillir précieusement. Dix mois plus tard, c’est le début de son mythique premier défilé aussitôt rebaptisé par la presse, le « Newlook » par Christian qui redéfinissait la silhouette féminine. Lire la suite »

LANVIN, OLIVIER LAPIDATION

Publié le Mis à jour le

Le Groupe Fosun a commencé le grand ménage. Il se sépare de son directeur « arts’typique », Olivier Lapidus et de son directeur « latéral » Nicolas Druz. Joann Cheng, présidente de Fosun Fashion Group, a été nommée Directrice générale de la maison. Les collections féminines seront conçues par une équipe interne, car le vers à soie filait un mauvais cocon et les chinois en ont déduit que cela ne pouvait par être pire.

Cheng a plus de 20 ans d’expérience dans la haute direction, probablement, confondant haute finance et Haute Couture. Ancienne du groupe américain, General Electric, espérons qu’elle va électriser la marque. Mais, il est vrai qu’entre les uns qui ne connaissent pas la mode, les autres qui n’ont jamais fait d’études, et les florentins pique-assiettes, elle trouvera certainement sa place facilement avec un fond chinois de plusieurs milliards de dollars.

Madame Electric, dont le mot a pour racine le mot grec « êlektron » – espérons qu’elle soit libre – aurait déclaré que « Lanvin était une marque emblématique et légendaire avec un potentiel immense ». J’aimerais ajouter « ja volt » pour une ancienne de GE. Un esprit facile lui aurait donner une information post-Mao, mais, entre la facilité qui pond sans effort et la fécondité laborieuse, il y a un abîme de possibilités pour les esprits qui réfléchissent. Là, où il y a de la « Cheng », il n’y a pas de plaisir dit-on, la chinoise est ainsi, quand elle plonge dans l’eau, elle a des idées, quand elle en sort, elle sèche. Lire la suite »

CHLOÉ L’EMPIRE DES SENS NOMADE

Publié le Mis à jour le

Après des années d’absence, la marque Chloé a finalement décidé de revenir, pour offrir aux femmes un nouveau symbole romantique d’une senteur délicate audacieuse et aventureuse. Nomade, c’est son nom, un souffle floral et chypré qui débute par l’odeur fruitée de la mirabelle et explose ensuite dans un freesia plus frais et légèrement poivré. Je « mire la belle » et l’essence s’achève par une mousse de chêne boisée légèrement terreuse que nous devons au nez Quentin Bisch.

Idéal pour les journées ensoleillées et les belles soirées d’été au crépuscule qui parfois enivre le ciel, il séduira toutes les aventurières des temps modernes, prêtes à découvrir de nouveaux horizons. On reconnaîtra son sillage partout où on le sentira et dans tous les lieux où il voyage et se dissipe en nomade en s’évaporant comme dans une pensée de Lavoisier. Son esprit nomade le pousse à s’adresser à toutes les femmes dans le monde et il possède incontestablement une part d’universalité. Avec son flacon en verre réalisé par Pochet et du Courval, le flacon s’inspire du sac bandoulière Drew de la marque et avec sa répartition de verre parfaite en forme de goutte d’eau idéale, perdue dans le désert pierreux de l’illusion et de l’imagination. Lire la suite »

GUSTIBUS LUCULLUS

Publié le Mis à jour le

Un Vatican gastronomique, mais surtout, un confetti du Saint-Empire Romain, gustatif à la Bastille : « Te Deum Laudamus » (lisez « nous louons »). Ici, pas de salade, on goûte essentiellement piémontais. En traversant les Alpes, ce couple attachant n’a perdu ni son accent ni les recettes des spécialités familiales. Installés au bout du Marais, ces princes de la pasta vous accueillent en sourire, suggèrent et anticipent vos désirs, pour le meilleur sans l’Empire. Dans la cuisine du Gustibus, on ne travaille que du frais, que du bon, et que du fait maison.

Nous avons commencé par les poivrons, « fluctuat nec mergitur », dans une sauce aux anchois délicate qui a enchanté nos papilles. Les autres convives se sont laissés séduire par les asperges blanches, mousseline de parmesan, ainsi que par le classique, quoique téméraire, vitello tonnato. C’est comme l’amour, quand c’est bien fait, cela peut être très bon, et devant l’orgasme naissant de la baronne cela l’était. Lire la suite »