Évènements Fraîchement Actualisés

GUCCI NECRO PEAU LISSE

Publié le Mis à jour le

Gucci ou « Lacroix » et la manière à Arles ! Voici la grande messe dans une ambiance brumeuse où le feu, celui de la création bien sûre, est matérialisé sur le sol et fait apparaître des nymphes catholiques pour les journaux cathodiques invités pour la circonstance. Bienvenue dans la croisière qui glisse sur le monastère, plus austère que Mona d’ailleurs. Bienvenue dans la Cruise de Gucci ; un moment de présent entaché de futur.

Au cœur des Alyscamps, dans un ancien cimetière romain du IVème siècle, j’entendis un pas lourd approcher derrière la grande arche et, en même temps, je vis, dans un rayon de lumière, apparaître Christian Lacroix. Bruit de chaînes et gros verrous que l’on tirait pour que la grande porte s’ouvre sur le spectacle d’Alessandro Michele. Alyscamps du latin Elisii Campi, « les Champs Élysées » ; la demeure éternelle des âmes de ces héros de la mythologie grecque.

Le mannequin était là d’une beauté plus pâle que jamais et sa lèvre rouge, plus rouge que les survivantes du « front row » mortes de botox. Comme un labyrinthe, Gucci est le reflet du monde, un doublement de l’univers, un microcosme dans la fashion globosphère. Alessandro Michele et la Fashion Babel rêvent dans la fumée de la « Chanvre Syndicale ». Cent quatorze modèles sous une apparence seulement anarchique, mais avec beaucoup de richesse et de créativité. Lire la suite »

Publicités

THE SWIMSUIT YOU MUST HAVE

Publié le Mis à jour le

P MORAND, LA VOIX DE SON ÊTRE

Publié le Mis à jour le

Parce qu’en bon chef de « l’An Pire » britannique, Pascal Marrant, dans sa chronique du Figaro de la mode Outre-Manche de pioche, nous parle d’un moment long, dur et qui débouche sur 60 millions de faux-culs ; le Tunnel sous la Manche, bien sûr.

Ne soyez pas surpris ! Notre Pascal préféré ne pouvant pas parler de la mode française vient disserter sur la mode anglo-saxonne devenant ainsi le prince du Fashion Brexit. Je ne vous expliquerai pas la tenue de son article, car entre le calvinisme, l’austérité victorienne et David Bowie, cela donne un bric-à-brac pour au final faire un article que personne ne comprend même pas lui. C’est le but de nous amuser toujours plus par ces fameuses chroniques destinées à l’almanach Vermo-Figaro.

Tout cela pour nous démontrer que la vie est comme un balancier ; les excès engendrent toujours les opposés. Merci de nous le rappeler. Toutefois, dans le vrai monde de la mode, nous le savons depuis la nuit des temps. L’avantage avec Stéphane Wargner, c’est que ce dernier ne nous assommait qu’avec des évidences et ne se prenait pas pour un écrivain journaliste impénitent. Lire la suite »

VUITTON A ST PAUL DE PLUIE

Publié le Mis à jour le

A Saint Paul de Vence, dans le cadre majestueux du musée de la Fondation Maegh, Nicolas Ghesquière a opté pour une destination artistique exceptionnelle ; une croisière sur la French Riviera. Pourquoi pas ? Cette fois-ci, la crème qui était à chantilly est arrivée encore toute humide du défilé Dior.

Des invités comme Emma Stone, Jennifer Connelly, Léa Seydoux, Justin Theroux et Ruth Negga se sont rendues au village perché à la Fondation Maeght,  avec les œuvres d’Alberto Giacometti et de Marc Chagall. C’est amusant de voir les dieux de la météo aux prises avec les seigneurs du luxe », pouffait Eugenia de la Torriente, la rédactrice en chef du Vogue espagnol, singeant ainsi le journaliste de Canal-luxe, Anonymode Lire la suite »

FASHION WEEK DE TUNIS

Publié le Mis à jour le

La légende, que l’on rapporte, mérite-t-elle créance ? La princesse, nommée Elissar, vint s’établir à Cambé, fuyant la colère de Pygmalion et dans la légende de Didon, « la fugitive » acheta au roi de Liby-Phéniciens Japon un vaste territoire où elle bâtit la ville qui prit le nom de Karth-hadschath « la ville neuve », nom dont les Grecs en firent Karchédon et les latins Carthago. Nous y sommes enfin dans ce Carthage millénaire ; celui du commerce et de la navigation en Méditerranée occidentale, la cité du business et, quoi de plus naturel, finalement, que d’accueillir la Fashion Week pour cette dixième année.

La Dame de Carthage, Julienne de Sourdis, celle que l’on rencontre à la Fashion Week de Paris, voulant imposer sa marque à tout prix, mais surtout à toutes fripes. Il paraît que les plus belles femmes du monde sont arabes, des femmes à faire pâlir « des Waycooler ». Ces dames, où la sensualité et la beauté orientale leur donnent un brin de mystère ; qu’elles soient Tunisiennes, Egyptiennes, Marocaines, Libanaise etc… Elles ont toutes un je ne sais quoi de pimenté qui rend cette Fashion Week de Tunis comme l’entrée d’un conte des milles et une nuit, et c’est ainsi que commence les défilés quand la température monte d’un cran sur les ruines de Carthage. Lire la suite »

NICOLAS 2 AT VUITTON

Publié le

La marque de luxe française, Louis Vuitton, propriété de LVMH, a annoncé mercredi le renouvellement du contrat de Nicolas Ghesquière en tant que directeur artistique des collections féminines.

L’annonce cimente ainsi la relation entre Vuitton et le créateur, qui, sous son mandat, a connu une croissance « sans précédent » dans le prêt-à-porter et la maroquinerie. Bernard Arnault s’est dit « très heureux » que Vuitton poursuive son parcours avec Ghesquière. « Il a su rendre la femme Louis Vuitton contemporaine. Sa vision, son talent et sa créativité le placent parmi les meilleurs designers au monde aujourd’hui », a-t-il déclaré.

Michael Burke, président de Louis Vuitton, a également déclaré : «Il a su rendre la femme Louis Vuitton contemporaine, sa vision, son talent et sa créativité le placent parmi les meilleurs designers au monde aujourd’hui « . Quelle étrange ressemblance mais c’était la voix officielle du groupe.

En 2016, une rumeur courait selon laquelle Nicolas Ghesquière quitterait la marque en annonçant à la télévision qu’il prévoyait de lancer son propre label. Vuitton a pris probablement la mesure de cette déclaration. Usuellement, le groupe ne cède pas à ce type de pression et met plutôt sur la touche le maître chanteur. Toutefois, à force de changer de designer et vu la politique menée par Monsieur Pascal Morand sur les écoles, à terme, LVMH aura raison de garder les meilleurs, car la génération qui vient sera certainement moins flexible et, malheureusement, surtout moins compétente. Néanmoins, ne préjugeons pas et restons optimiste. Lire la suite »

POURQUOI CHANEL A CRÉÉ LA PETITE ROBE NOIRE?

Publié le Mis à jour le

Les années folles battaient leur plein quand un magazine de mode présenta sur sa couverture en « front page » la première «petite robe noire» conçue par Coco Chanel et qui inaugurait ainsi le long règne de la mode des soirées de la parisienne chic. Une femme garçonne qui posait avec des Penny Loafers, des perles et une robe noire à manches longues et cintrée à la taille. Le journaliste de l’époque décrit le vêtement élégant comme « The Ford », se référant à l’époque incroyablement populaire du modèle « T » de chez Ford. Et, comme Henry Ford, à la question des reporters : « Monsieur Ford, si je voulais acheter un Ford « T » d’une autre couleur que noir cela serait-il possible ? » Henry répondit : « Aucun problème, vous pouvez l’acheter de la couleur que vous souhaitez à partir du moment où c’est noir.

Cette petite robe défraie la chronique de l’époque, car dans cette période post-victorienne, qui a précédé les années 20, les vêtements noirs de coupe simple étaient liés à l’habillement des domestiques d’une part ou des gens en deuil d’autre part, plutôt qu’à la haute couture. En fait, le fait même de porter une robe unie en public était une dérogation à la tradition.

Mais, comme beaucoup d’autres conventions du monde avant la Première Guerre mondiale, celles-ci ont changé à l’époque du Jazz, dans les années 1920. Les changements de garde-robe sont révolutionnaires, et l’apparition des vêtements de sport dans la garde-robe des femmes entraîne plusieurs autres changements, produisant un style vestimentaire décontracté et décontractant, qui va faire souffler un sentiment de liberté sur les femmes. Lire la suite »

BALMAIN HOMO SA PINCE

Publié le Mis à jour le

Prenez le sac bao bao de « Issey Miyake », puis une veste comme un sac matelassé « Chanel » pour en faire une hybridation issue d’un assemblage flashy de « Versace », ensuite, ajoutez un blouson à pointe de métal type « Paco Rabanne », mais pour la circonstance plus « Paco-cheap » que « Paco-chic », et, pour finir, saupoudrez le tout d’une pâle copie de Nicolas Ghesquière et de Léonard femme pour faire une collection quarteron « Sang pour Sang » collection des autres. Lire la suite »

MASUMOTO, LE MUST DU QUARTIER

Publié le Mis à jour le

Naoto Masumoto était aux fourneaux, pour une cuisine au croisement des terroirs nippons et européens. Un concert de cuisine qui se nourrit d’une large gamme de notes, en témoignent notamment le risotto aux algues aonori, Saint-Jacques grillées ou encore la poire en gelée de uméshu, coulis de kaki, et glace à la fleur d’oranger. Tout un univers ! Un franco-japonais minimaliste en « live », pour un résultat final comme une plongée au pied du Fujiyama. Au comptoir, les associations de foie gras poêlé et d’œuf à la sukiyaki ou encore le risotto aux algues font des heureux. Le samouraï de la gastronomie japonaise à Paris nous fait son show sur des plaques qui « brillent » mais ne brûlent pas.

De grosses gambas juste saisies et des légumes croquants : gombo, choux romanesco, courgettes, carottes et je ne sais plus, mais c’était simple, savoureux et bon. Une cuisine franco génèse, digeste avec des incursions japonaises et parfaitement maîtrisées par le chef japonais Naoto Masumoto (l’ancien chef du Benkay). Lire la suite »

NEWS FROM HAUTE COUTURE

Publié le

Les défilés Haute Couture auront lieu du 1er au 5 juillet prochain. Proenza Schouler, qui avait fait le buzz sur internet avec son arrivée au calendrier de la Haute Couture en juillet dernier, ne sera pas présent cette saison. Le duo de créateurs Jack McCollough et Lazaro Hernandez, particulièrement enthousiaste en juillet dernier, ne donne pas d’explication. Comme il est dur de confronter sa mode aux meilleurs ! Il est probablement plus facile de briller parmi les moyens de la Fashion Week de New York que celle de Paris.

En revanche, Rodarte, la griffe américaine des sœurs Kate et Laura Mulleavy, confirme sa présence et sera présente aux côtés des membres permanents, les indispensables, les poids lourds… Bref, les défilés les plus ennuyeux de la Fashion Week, excepté celui de Franck Sorbier qui reste l’âme de cette Fashion Haute Couture. Cette saison, la seule nouvelle maison à intégrer le calendrier est la marque Aganovich dont l’agence de presse « Michèle Montagne » a été élue ; pas « Montagne » mais Aganovich : « élu un bien grand mot » ; parlons plutôt de membre invité par le « Comic T » de la Chambre Syndicale de la Haute Couture.

Pour les non initiés, quand la littérature rencontre la couture, l’un, Brooke Taylor est un écrivain irlandais, l’autre, Aganovich est diplômée de la Central Saint Martins School. La maison est basée à Paris et prône, depuis des années, une élégance pure inspirée des mouvements du futurisme et du constructivisme. Bref, du « bullshit en couture ». Brooke Taylor et la créatrice danoise, Nana Aganovich, donne une palette couture de noirs et blancs. Les mannequins choisis sont un mixte de femmes d’âge mur et de jeunes filles. Ils travaillent sur les volumes et l’asymétrie, très très niche, mais pas de chien heureusement. Lire la suite »