Évènements Fraîchement Actualisés

QUAND LA CHINE S’ÉMERVEILLERA

Publié le Mis à jour le

Soyez-vous même car la place des autres est déjà prise, et si vous avez du style vous pouvez comprendre cette maxime, « comme dirait Cardin ». La mode, c’est comme la rosée du matin, on la retrouve aussi bien sur les fleurs que sur les merdes de chiens qui coulent sur les trottoirs parisiens comme le « Popocatepetl ». Machine aveugle et sourde, cruauté féconde que l’on pense salutaire, elle se transforme en un instrument buveur du sang du monde. Voilà la grandeur de ce mal que tu crois supérieur, à ne jamais rien faire pour le faire reculer. Voilà la nature qui meurt devant toi en des desseins cachés, ce vil dragon fera périr le génie, pour laisser le désert sans jamais connaître la loi de sa beauté.

J’ai mal à la tête et comme une encéphalite nocturne qui cherche un marteau piqueur pour une résonance accrue, la mode tueuse de ce monde vous agace et vous fascine en même temps. Voici un continent Chinois sous perfusion de cette nouvelle passion futile de l’Occident, qui produit aujourd’hui plus de vêtements que la spermatogenèse. Lire la suite »

Publicités

EVENING SHANGHAI 2019

Publié le Mis à jour le

LVMH RACHETE CHANEL

Publié le

C’est la nouvelle de la semaine. Le groupe LVMH rachète la maison Chanel avec Coco Pharrell en prime. Un package de plusieurs milliards de dollars. La maison devenue le plus grand pourvoyeur d’Afro-Américains issus du rape et du vêtement chichon ne ménage pas son satisfecit. C’est le plus grand chambardement pour la maison de Coco. Les bouteilles de Perrier vont sauter, enfin, diraient certaines, il était temps. On va pouvoir buller mais cette fois-ci elles seront de champagne.

La maison prépare le grand remaniement et la Dame du Châtelet commence déjà à regarder les Cocos de Neuilly contre les Bobos du Marais. Un duel en perspective opposant SUV Cayenne Porsche contre Lexus Hybride – attention aux morts – Cela va décoiffer et pour ceux qui n’auraient pas remarqué que ces gens là ne mangent pas de viande car ils sont généralement soit végétariens soit Vegans, aussi préfèrent-ils le poisson. Pour un premier avril, cela semblait de bon aloi.

Anonymode

UN VOYAGE TOUTÂNK CAMION

Publié le

Voici le roi des rois et Seigneur des seigneurs, non je ne parle pas du seigneur des Arnault, mais de cet enfant roi né avec ses déformations congénitales et par seule croyance débile que le mariage en famille était une vertu. Onzième pharaon de la XVIIIe dynastie, fils d’Akhenaton et de la propre sœur de ce dernier, Toutânkhamon a emporté dans sa tombe ses fournitures de petit écolier et une palette de scribe en ivoire à son nom sur laquelle subsistent des pains d’encre rouge et noir et sept calames, un lapsus écrit ou calmi qui provient du calame, le crayon en égyptien.

Un enfant roi comme si l’histoire se répétait. Avec son mascaron, il incarne la jeunesse au pouvoir. Délaissant le culte d’Aton, il restaure la suprématie du dieu Amon, et ainsi, son bannissement levé des rites traditionnels seront rendus au Grand Prêtre et à son clergé, allant jusqu’à changer son nom « Tout en Vuitton ».

Un voyage à La Villette où les bijoux et les sculptures présentés sont les merveilles de ce petit roi qui devient l’un des plus connus grâce au Louvre d’abord et de sa pyramide édifiée par le Sphinx : « ce mythe errant » qui construit sur les ruines des fondations de Philippe Auguste sa pyramide pour l’histoire sachant que tous les monuments les plus décriés de Paris sont aujourd’hui les plus visités, et cette pyramide ne fera pas exception. Lire la suite »

ST LAURENT OU TANT

Publié le

Cette maison, qui suscite un fantasme reconnu comme patrimoine des français, peine à émerger du lègue si lourd et de l’histoire du petit génie d’Oran. Vaccarello qui a supprimé les pièces cultes comme la saharienne, a conservé cette idée fixe de subversion entre le masculin et le féminin ; des seins nus et des robes des années 80 créant un nouveau genre : le clubbing romantique, c’est toujours mieux que le Porno Chic ! L’horreur est humaine.

Les demi-mondaines du premier rang, « glandes ma mère », prêtent à imploser d’excitation, surnagent au bord de la seine, en suppliant ce soleil noir de leur envoyer le preux chevalier qui leur rendra une « black card ». Avec le tintamarre du cor de Siegfried pour seulement une ligne, ces héroïnes féminines avaient perdu la proie qu’elles pourchassaient, un homme « White Anglo-Saxon » de la City qui tartine les chauffeurs « Uber » avec des billets de 50 nuances d’euros.

Sur le podium, c’est une éclosion superbe de jeunes seins blancs sous la mousseline comme pour enchaîner mes yeux sur les poitrines plutôt que sur les vêtements : nobles rondeurs, effroi de ma pudeur chagrine, blanche sérénité de l’océan des formes, qui me conduisent lentement à une extase sans fièvre. Je suis pour l’égalité des sexes, et je prendrai moi-même les mesures. Lire la suite »

BO PARIS A EN PERDRE LA BOULE

Publié le Mis à jour le

C’est un vrai jeu inter-générationnel. « Un vrai lien vaut mieux que deux tu l’auras », à une époque où la santé est contrôlée par des applications. Avec Boboules, on peut dépenser plus de calories que si on faisait le demi-marathon de Paris et cela en s’amusant. Une application vous donne votre classement mondial en ligne et vous pouvez ainsi contrôler si vous êtes dans les 100 meilleurs joueurs du monde.

Les réseaux sociaux sont devenus à la mode et beaucoup s’y mettent parce qu’un de leurs proches y participe. La méfiance ou la critique envers cette nouvelle technologie est endormie par la mode et l’engouement qu’il suscite. La conséquence de cela c’est que, dans les sociétés, les gens ne se parlent plus et la « réunionnite » aiguë se propage à vitesse grand V pour au final ne plus se parler. Alors, pour contrebalancer ce phénomène, il faut recréer du lien social et rien ne remplacera les rapports humains.

Voici donc un jeu qui peut être pratiqué par tous, même en Louboutin ou en Lobbs. Il s’apparente au » bowling green ou lawn bowl » Australien, chic et sélectif que les British adorent et, pour le business networking, vous pouvez leur faire confiance. Lire la suite »

PRADA UN CARRÉ POUR SOI

Publié le Mis à jour le

« Il faut toujours être ivre, tout est là, mais de quoi ? De vin, de poésie, de vertu, à votre guise, mais enivrez-vous ! » disait Baudelaire. Moi, je suis ivre de soie, de carrés frissonnant comme la libellule qui file sur un corps splendide pour finir toujours par s’accoupler aux idées merveilleuses de l’harmonie. Je me souviens de ce carré de ma maîtresse, imbibé du N°5 de Chanel, qu’elle me faisait humer pour mieux m’aguicher. Elle m’entourait de son sillage si doux en m’enchaînant de cette chaîne faite du métal invisible des meilleurs gourous de l’île du Diable.

Sous une lune tiède et pâle, tendrement, elle ouvre ses yeux d’opale d’où la lumière du ciel descend, et l’air léger qui frissait dans les arbres comme si chaque feuille chuchotait pour ne pas réveiller la splendeur de l’herbe grasse de la rosée du matin. Un carré comme une ombre qui file sur l’eau pour descendre la pente du plaisir, et je savoure avec bonheur cette sensation unique. Lire la suite »

HERPÈS AU GRAND PALAIS

Publié le

La maison du « faux bourg » sous la coupole du Grand Palais, un caramel qui colle au palais et menace la couronne. J’avais appelé le patron et l’on m’a dit qu’il était « Tailleur ». Cela m’a beaucoup étonné car j’ai beaucoup de respect pour cette noble profession. Un tremblement de terre de magnitude 15 sur l’échelle de « Hechter », un weekend d’envieux que la vermine éphémère qui démange un instant, mais qui finit toujours par « pet rire ».

70 euros pour un saut dans l’inconnu, une paille, mais pour regarder des dégénérés, c’est un Must si l’on veut rire. C’est le regroupement de la plus belle brochette de « DE » consanguins issues de mariages entre cousins qui viennent se retrouver au Grand Palais en famille. Des dégénérés, qui ne montent pas tous à cheval, des dents, qui se chevauchent, ou mal soignés pour cause d’investissement sur la toiture de la bâtisse familiale à restaurer. Ils viennent en masse voir la dernière « selle » d’Herpès, celle qui trône au fond du couloir à gauche, dans un carré pour crottin d’ânes de « champs pignole » où les nobles Marquis et Marquises ont la délicate attention d’appeler la M…. l’engrais pour les rosiers du château. Lire la suite »

GATSBYING LA MAGNIFIQUE

Publié le

Difficile de trouver meilleure référence littéraire que « Gatsby le Magnifique » pour illustrer cet exercice périlleux qui consiste à présenter le meilleur de soi-même au prix de nombreux efforts. Voici la nouvelle pratique sortie tout droit de l’imagination de Millennials que rien n’arrête. Le « gatsbying » est en passe de devenir l’activité la plus courue de 2019. C’est en tout cas ce que prédit Canal-Luxe en s’appuyant sur une jeune femme qui fait part de ses turpitudes amoureuses et se livre sans filtre sur sa pratique du moment, le « gatsbying ». Comme son nom l’indique, cette dernière s’inspire de « Gatsby le Magnifique », le héros de Francis Scott Fitzgerald prêt à toutes les dépenses et les excentricités pour séduire une femme qui n’est pas de son rang.

Pour celle qui fait battre son cœur, Daisy Jay Gatsby va jusqu’à se réinventer totalement, se créant une nouvelle vie (il proclame être issu d’une riche famille du Midwest), des études prestigieuses à Oxford et une réputation mystérieuse. Cela vous semble familier ? C’est parce qu’aujourd’hui tout le monde enjolive son quotidien de façon à le rendre plus « attractif ». Qui n’a jamais passé dix bonnes minutes en terrasse à tenter de positionner son Spritz sur le coin d’une table, de façon à ce que le soleil se reflète dedans, juste pour les besoins d’un cliché Instagram ? Lire la suite »

CHIC CHIC BANKE BANKE

Publié le Mis à jour le

L’odeur de l’argent y rode encore. Voici le cinq étoiles de Paname qui associe les mystères de l’histoire de Paris et l’art du bien-être de ses clients. On se plait à revivre ce passé en séjournant dans ce qui fût autrefois une des grandes banques haussmanniennes. Sa construction, qui remonte à 1772, devint la propriété de Louis Bonaparte, roi de Hollande et frère de Napoléon 1er, qui l’offrit à sa femme, Hortense de Beauharnais. Le palais entra ainsi dans l’histoire sous le nom de« l’Hôtel de la Reine Hortense ».

Après l’exil de la famille Bonaparte, l’hôtel compta plusieurs propriétaires, dont le célèbre banquier autrichien Salomon Mayer Rothschild qui l’acquit en 1832. La Banque Suisse et Française (BSF) fît l’acquisition d’une partie du site pour construire son nouveau siège, et les travaux prirent fin en 1905 et depuis lors, le bâtiment a gardé non seulement les richesses de la bourgeoisie française, mais aussi ses secrets les plus intimes. En effet, cette ancienne banque, devenue Hôtel, regorge de secrets cachés et a conservé la salle où 461 coffres sont toujours fermés pour l’histoire. Et l’on dit même que l’un d’entre eux pourrait cacher un bracelet en diamants que l’amant d’Hortense avait reçu en cadeau. Lire la suite »