BREAKING FASHION

MELCHIOR THIMISTER PASSED AWAY

Publié le

Russe, Français, Belge, orthodoxe, catholique, un mélange peu orthodoxe mais une carte de l’Europe. Après un passage chez Karl Lagerfeld et dans la Maison Jean Patou, il travaille comme décorateur avant d’être nommé directeur artistique de la maison Balenciaga. Il mit à profit ces cinq ans et demi à ce poste pour redonner un nouveau souffle, puis créa sa propre marque à Paris en 1997, sous laquelle il a depuis présenté des collections de Haute Couture et de prêt-à-porter.

En même temps, il prit la direction artistique de la marque Italienne Genny, et de 2005 à 2007 celle de Charles Jourdan. Il a aussi travaillé pour de nombreuses marques de prêt-à-porter en tant que consultant. Les créations de Thimister possèdent une certaine légèreté et une poésie dont il émane une élégance dépourvue de coquetterie. Dépoussiérant le traditionnel savoir-faire de la Haute Couture, notamment en utilisant des matières peu conventionnelles.

Didier Grumbach lui propose alors de défiler comme membre invité de la Haute Couture. La marque Thimister fera donc deux défilés de prêt-à-porter et autant de défilés couture par an et ses investissements, qui sont considérables, auront raison de sa fragilité, qui faute de partenaires financiers, amèneront celle-ci à cesser son activité quatre ans plus tard. Lire la suite »

FAUCHON MADELEINE DE PROUST

Publié le Mis à jour le

À Paris, il y a un nouveau fleuron du luxe pour la marque Fauchon qui se décarcasse pour vous. C’est bien la moindre des choses compte-tenu du nom du propriétaire. Situé dans l’ex-fleuron du palais de cristal au cœur du triangle, face à la Madeleine, là où on ne peut s’arrêter sans évoquer ce lieu d’aisance le plus connu de Paris ouvert en 1905 et de pure style Art Nouveau qui rappelle les fastes de la Belle Epoque. Fermé en 2011, voici quand même un quartier qui renaît de ses cendres avec un hôtel où tous les superlatifs ne seront pas suffisants pour vous le décrire.

Un brunch, le jour de mon anniversaire, au grand café Fauchon, qui est dorénavant le meilleur de Paris en vérité, et le Seigneur des Arnault peut en prendre leçon pour son future « Cheval Blanc » car l’accueil et le service sont dignes des plus grands palaces de la capitale. Lire la suite »

DANS QUELLE MORT VUITTON ?

Publié le

Il était le descendant direct du célèbre maroquinier du luxe. Patrick-Louis Vuitton, cinquième du nom depuis son ancêtre Louis, s’est éteint, mardi, à 68 ans (bien jeune pour mourir). Costume trois-pièces, moustache élégante, l’homme travaillait encore chez le célèbre malletier du groupe du Seigneur des Arnault. « Monsieur Patrick », comme on aimait à l’appeler dans la maison, avait grandi à Asnières-sur Seine, dans la demeure qui bordait les ateliers historiques créés en 1859.

Il avait rejoint la maison Vuitton en 1973 en tant qu’artisan menuisier. Il avait d’abord eu à faire ses preuves avant d’en gravir les échelons, pour reprendre les rênes de l’atelier d’Asnières, berceau de l’entreprise. « Le savoir-faire n’existe que s’il est transmis », avait coutume de déclarer l’arrière-arrière petit-fils du fondateur.

Cet entrepreneur, chasseur, grand fumeur de cigares, peintre à ses heures, avait participé à l’expansion industrielle de l’entreprise et dès 1977, Patrick-Louis Vuitton avait ouvert un second atelier à Saint-Donat dans la Drôme. En 1990, il s’était vu confier les commandes spéciales, le sur-mesure de la malle. La première commande fut destinée au transport du matériel hi-fi d’un des plus grands chefs d’orchestre japonais au monde. Lire la suite »

ALESSANDRO MICHELE MONO GENRE

Publié le

Dans la longue histoire du genre animal, ce sont ceux qui ont appris à collaborer et à improviser efficacement qui l’ont emporté, et remerciez Alessandro Michele pour faire bouger les lignes, l’un des plus grands directeurs créatifs de 47 ans pour la maison Gucci nous affirme François-Henri Finaud.

Le changement de la mode masculine a commencé par Michele et cette évolution sismique prédit une décennie de révolte luxueuse. La liste des hommes, qui affluent chez Michele pour des costumes, des mocassins, des babioles et des foulards, semble infinie. En fait, on y trouve des noms aussi divers que Roger Federer, star Suisse du tennis, et Dapper Dan, designer de Harlem et légende du hip-hop. Qui plus est, beaucoup de ces hommes sont tout aussi susceptibles de porter une robe Gucci qu’un mocassin de la maison du Prince de Venise. Lire la suite »

McCARTNEY YELLOW BRAINSTORMING

Publié le Mis à jour le

La Stella May Day a maintenant une responsabilité officielle au-delà de sa marque en tant que conseillère spéciale du développement durable chez LVMH – Moët Hennessy Louis Vuitton, le Seigneur des Arnault lui demande « « Help! » Help, I need somebody Help ».

La mode, c’est le changement, et autrefois, cette observation se référait aux vicissitudes vestimentaires allant de la palette des couleurs de vos collants, aux tissus de vos tailleurs. Cependant de nos jours, ce changement englobe beaucoup plus, et pour la grande prêtresse de la mode éthique, Stella Mac Quarter, reconnue pour son rejet passionné de tout ce qui vient de l’animal y compris son mari. D Grumler, d’ailleurs, vous dirait que les ordures c’est glamour, prêchant pour une paroisse qu’il connait bien.

« Le fait que le Seigneur s’adresse à moi en tant que femme de l’industrie de la mode pour obtenir des conseils et des solutions, c’est pour moi, un grand honneur et je pense que c’est un moment historique « ob-la-di, ob-la-da ». Stella est ici pour « fournir des solutions, » et s’est associée à LVMH en début d’année, après avoir racheté l’année dernière à Kering sa maison sur « Abbey Road. » La voilà maintenant propulsée au « firme maman » et papa bien sûr du luxe Français.

Au cours de ces dernières années, la mode a fait des ravages sur l’environnement, et les entreprises sont maintenant désireuses de se repositionner pour ‘être à l’avant-garde du développement durable, et éliminer complètement les animaux et la fourrure afin d’oublier pour un temps l’histoire de l’homme de Cro-Magnon . Lire la suite »

LA ELBAZ DU BUSINESS

Publié le

Retour en grasse pour Alber Elbaz, avec l’idée pour Richemont de marquer son intention de renforcer sa position dans la mode, et pour la circonstance une joint-venture dénommée AZfashion. Tout un programme, pour un projet inédit visant à trouver quelque chose qui véritablement m’a échappé ! Richemont a récemment acheté le bijoutier Italien Buccellati à ses propriétaires chinois, et il y a environ 12 mois, le groupe crée une joint-venture avec Alibaba pour pousser Net-a-porter. Où est la cohérence entre le supra-luxe et net-à-porter, qui rime avec prêt-à-porter, un écran de fumée peut-être.

Le groupe de « Vacheron consanguin » décrit AZfashion comme « une start-up innovante et dynamique destinée à transformer les rêves en réalité ». Johann Rupert doit avoir commencé à fumer la moquette, et il paraît qu’en entendant Alber décrire sa vision de la mode et les projets qu’elle lui inspire, le viel homme à la Chrysler de plus de 20 ans d’âge et qui vit toujours chez ses parents, a été charmé. « Frappé par sa créativité et sa perspicacité, son talent dit-il et son inventivité, sa sensibilité envers les femmes et leur bien-être, seront un grand atout pour notre groupe. Nous accueillons chaleureusement Alber dans le groupe Richemont, et nous nous réjouissons d’un partenariat passionnant », a-t-il déclaré en lui remettant le « Golden Israé-Hello » pour qu’il ait pognon sur rue.

Elbaz a la réputation d’être un talent Auvergnat, et ayant su faire valoir clairement sa valeur chez Lanvin avec un chèque gastronomique, sa petite entreprise AEK Designs, société privée à responsabilité limitée mais pas à bénéfice limité, dont il est le seul propriétaire, a réalisé un chiffre d’affaires annuel de 5,6 millions d’euros en 2014, et de 5,9 millions d’euros en 2015. Lire la suite »

MANISH LE NOEUD DE SATAN

Publié le Mis à jour le

Il suffit de peu pour le reconnaître ; des cornes et des sabots fourchus, une queue acérée et une petite barbichette avec un oeil sardonique. Non, je ne parle pas de D Grumler. Pourtant instrument d’obéissance au pouvoir de l’Eglise et de l’Etat, c’est selon, il symbolise l’autorité centralisée dans un monde partagé entre dominants et dominés. Voilà bien une collection dans toute sa symbolique entre Satan et Méphistophélès, nous voilà au sein de la mode avec un couturier qui pense que la couture n’est pas un art, mais qu’il faut quand même un artiste pour la réaliser.

Ouvrir son art et ses œuvres à toutes les disciplines et tous les publics était l’une des volontés de Manish cette saison. Il choisit des grands nœuds pour que nous soyons émus, mais aussi la proximité pour la tendresse qu’il veut donner au monde. Je suis capable d’avoir des yeux les plus vides et les plus stridents à la fois, pour regarder ce monde avec un œil qui élimine les conventions. Passant outre les défilés conventionnels du podium et des « front rows », il investit la galerie des glaces du Passage Jouffroy, là où vous pouvez découvrir une magnifique brasserie du milieu du XIXe siècle devenue l’un des passages couverts les plus fréquentés de Paris. La légende raconte qu’autrefois une fontaine d’eau claire existait et était considérée comme sacrée « oh la vache »! On en fit même un dicton : « jeune fille qui a bu l’eau de la fontaine restera fidèle à son mari. Tout un programme.

A New Delhi, ville natale, une créature, à l’apparence d’un singe, apparaissait la nuit dans la capitale et attaquait des gens. Les témoignages étaient souvent différents mais tendaient à décrire le monstre couvert d’épais poils noirs aux yeux rouges brillants. Lire la suite »

GUEULE DE BOIS EN HÉBREU

Publié le Mis à jour le

Shabour, signifie « brisé » ou « gueule de bois » en hébreu, pas besoin d’être converti pour venir dîner dans cette chapelle des bobos parisiens située dans le quartier « Mont Orgueil ». C’est le chef israélien Assaf Granit, « qui lui ne reste pas de marbre » officie. Les tables autour de la cuisine situérs au centre de la salle vous proposent une trentaine de tabourets serrés les uns contre les autres invitant au partage. Les bons comptoirs font les bons amis. Devant les clients, une poignée de chefs œuvre dans une ambiance de bougies et de romantisme. C’était tout à côté de chez nous, à 5 euros en Uber, 2 arrêts de bus pour les flemmards et gratos en Vélib.

Je déteste ces restaurants qui vous refusent une table et qui vous interjettent que les réservations se font exclusivement sur internet alors que c’est faux. Il n’est pas possible de réserver ni par téléphone ni par internet, et même si vous vous y prenez à l’avance les réservations ne sont pas encore ouvertes. Alors, comment faire ? Il faut connaître ces entremetteuses de la vie parisienne qui vous réservent une place si vous faites partie de ces gens de qualité, entendez par là « friqués » ou connus. C’est Kif -Kif.

Bref, la carte et ses intitulés du menu gravés sur la stèle de Mérenptah ou « les tables de la swag », et qui laissent place au mystère, pour un voyage avec des saveurs qui étonnent, et décontenancent inexplicablement. « Glace à l’orange et au za’atar » avec un « saumon gravelax » passé dans de la vodka et les épices exclusivement de Sion ou un œuf mariné au thé noir accordé avec du tahiné « sésame ouvre toi ! » « Célèbre en Israël » me dit la Gogo danseuse qui m’accompagne, le Saumon il est « Grace Lax » (comprenez de L.A.X. croyant qu’il était produit sur les pistes de l’aéroport de Los Angeles, connu comme le houblon! Une Jolie sélection de vins qui sort des frontières et concernant les frontières, ils s’y connaissent pour faire bouger les lignes, mais chacun sait qu’avec la bitumeuse qui m’accompagne « l’alcôve tue lentement ». Lire la suite »

LA SOLITUDE NID DES PENSÉES

Publié le Mis à jour le

Des amitiés qui ne sont que des zéros et des uns. L’addition de ces deux chiffres crée une solitude numérique, une invention purement humaine, mais pourtant diabolique. Une vie sur Instagram, totalement réinterprétée, pour montrer aux autres que l’on est pas désespérément seul dans ces grandes mégalopoles et que notre vie est un rêve. J’imagine Emma Bovary qui aurait aimé sans limite le site Tinder ou tout autre site de rencontres pour une « Fast Love » à n’en plus finir et dénuée de toute humanité.

Mais, quand les gens essaient d’avoir toujours plus d’amis sur Facebook, ou de relations, je cherche toujours plus à m’enfoncer dans cette solitude qui me rend de plus en plus heureux. La fréquentation de moi-même est un petit plaisir égoïste coruscant. M’éloigner de ces humains de contrefaçon imbéciles, qui, chaque jour, foulent le pavé des rues de Paname comme si un paradis s’ouvrait devant moi. Pour effacer ma peine, je marche la nuit, je ne sais pourquoi, je respire mieux que partout ailleurs, ma pensée s’élargit et j’ai, par moment, une lueur dans l’esprit qui me fait croire, pendant une seconde, que je vais découvrir le divin secret des choses. Puis, cette fenêtre se referme subitement en regardant une passante botoxée à outrance qui me regarde comme un bonbon qu’elle aimerait sucer. Lire la suite »

DIOR ET LE CRACHEUR DE PERLE

Publié le

A Shanghai, la marque Dior s’est rapidement excusée auprès des représentants Chinois, car un de leurs incultes avait exclu Taiwan d’une carte de l’Empire du Milieu qui illustrait le nombre de boutiques dans le pays, mais excluant l’île de Taiwan lors d’une conférence.

En effet, interrogé par un étudiant sur les raisons de la disparition de Taïwan sur la carte, le représentant de Dior a répondu : « Je pense que c’est peut-être parce que l’image a été mal coupée ou l’île de Taiwan est trop petite pour apparaître. Quand notion de géopolitique n’oblige pas – les jeunes sont ainsi – inculte et façonnent un univers à leur image, hermétique à la moiteur du cul, pour préférer la culture du moi.

Cette intelligence mycosée, probablement diplômé de l’école Pascal Marant, a ensuite expliqué de façon plus que douteuse qu’il faisait une différence entre la Chine continentale, Hong Kong et la région de Taïwan, en soulignant que les marchés de Hong Kong et de Taïwan ne sont pas dans les régions dont il a la gestion. Mais demeurer ferme en l’erreur, c’est errer deux fois.

L’étudiant chinois qui, lui par contre, connait la géopolitique, ajouta : « Oui, je comprends que vous gérez la Chine continentale, mais votre carte indique la Chine globalement. Je crois toujours que vous devez inclure Taiwan sur votre carte. C’est comme si vous parliez de la maison Christian Dior et que vous ne mentionniez pas le Maître de Granville, le créateur de la maison. En tous cas, en voilà un, qui va se retrouver au courrier de la maison des erreurs 404 pôle emploi. Lire la suite »

ELEPHANT STARR

Publié le Mis à jour le

Les armes les plus puissantes de l’amour sont la douceur et l’esprit, et hier, vous nous avez montré de la douceur dans la vertu, car la vertu sans douceur n’équivaudrait qu’à un appât sans hameçon. Hameçonné, en effet, nous l’avons été, à l’image de la femme à côté de moi où je pus percevoir une larme perlée au coin de son visage. J’espère que vous m’en rendrez raison un jour d’avoir ému celle que j’aime éperdument. Vous êtes tous les deux à la fois douceur comme le miel du pays du cèdre, et pour que celui-ci nous submerge vous rajoutez un peu de raffinement et un monstre d’humanité, Joey « Starr » un nom qui décidément n’est pas usurpé.

Le destin de John Merrick, le monstre Londonien dans le corps d’un géant, qui crevait l’écran de sa sensibilité déjà dans « Police », une bête sacrée qui interprète un monstre, mais de mansuétude. La pièce du dramaturge américain Bernard Pomerance, qui avait, dès sa création en 1977, installé le principe d’un acteur sans maquillage ni prothèse, nous raconte le mépris commun des conventions sociales, avec un clin d’œil à Whitechapel et Jack The Ripper qui se regarde dans la glace pour apercevoir le portait de Dorian Gray, joué par l’excellent Luc Bruyère.

A noter la prestation de Michaël Cohen, qui joue ces humains de contrefaçon ressemblant finalement tellement à ce médecin nourri de bonne intention qui finira par faire le même métier que ce sordide forain qui l’exploitait pour de l’argent alors que l’autre l’exploitera pour sa gloire. Où est la différence ? Comme certains qui amassent une montagne d’argent juste pour changer de voiture. Lire la suite »

UN CHOO PEUT CACHER UN CHIC

Publié le

Au sens strict, on entend par chinoiseries un style européen de décoration dont l’origine s’inscrit dans une problématique d’échanges artistiques entre des civilisations très éloignées et fondamentalement différentes dans leur perception du monde. Le terme, lui-même, est apparu dans la langue française vers 1845, avec une connotation nettement péjorative qui a longtemps perturbé. Lire la suite »