BREAKING FASHION

MONSE WINTER 2019 NEW YORK

Publié le Mis à jour le

Lorsqu’ils arrivent au studio pour l’interview, Fernando Garcia et Laura Kim raconte le repas coréen que cette dernière avait cuisiné la veille, et qu’ils ont partagé dans son appartement de Manhattan. Une chose que la créatrice adore, mais l’emploi du temps surchargé des associés ne laisse pas vraiment place aux loisirs. Deux ans à peine après son lancement, Monse (c’est le prénom de la mère de Fernando, à prononcer « mon-say »), rencontre un succès auquel ils ne s’attendaient pas, sans oublier, excusez du peu, le fait qu’ils aient aussi été choisis comme directeurs artistiques de la marque Oscar de la Renta. Lire la suite »

Publicités

MARC JACOB OSEZ GUCCI !

Publié le

MORT D’UN GÉANT

Publié le

Svelte, les bras étendus comme des ailes déployées, il marchait dans l’air qui virevoltait autour de lui, lui donnant une élégance sans égale. Sa chevelure blanche faisait de lui l’homme sage le plus jeune de l’industrie de la parfumerie. Il était l’homme aux 650 flacons parmi les plus connus de la planète. Un créateur du rêve, un libertaire convaincu. A la première lecture de sa personnalité, on pouvait deviner que ce poète des temps modernes, amoureux de sa femme, comme un enfant, était un provocateur qui cachait une grande timidité. Sa vie, en dépit de quelques embûches, ne viendra jamais ternir son élan, son enthousiasme et sa créativité.

Les senteurs et les parfums tournaient dans l’air du soir comme une valse mélancolique autour de lui et dans un langoureux vertige où l’imaginaire et la sensualité n’ont eu de cesse que de croître, car sa seule volonté était de créer pour les générations futures.

C’était un créateur hors pair qui influença le milieu de la parfumerie en créant pour celle-ci sans relâche. Je vous parle d’un Maître, d’un Sculpteur, mais aussi d’un grand Designer de contenus. Il a façonné le monde de la parfumerie pendant plus de 50 ans. Lire la suite »

KAIMIN PAREIL QUE MOCHE

Publié le Mis à jour le

Il est usuellement admis pour un grand couturier de démarrer avec une heure de retard, mais pour « KAIMIN », 30 minutes de retard, cela nous semble superfétatoire. C’est déjà trente minutes de trop ! Nous avions espéré que la première image du défilé serait quelque chose d’extraordinaire : une magie soudaine qui nous ferait oublier notre attente, mais… quelle déception ! Une marque qui collabore avec des artistes comme Bjork, Lady Gaga, Nicki Minaj, Katy Perry et bien d’autres, sorte de melting-pot de créateurs qu’ils ne sont pas.

Ce n’est pas de la couture. C’est véritablement une mascarade et toujours la même au demeurant. Quelle femme va vouloir être habillée de la sorte ? Nous ne parlons pas ici de Haute Couture, mais bien, de prêt-à-porter. Ce qui veut dire, une collection qui sera mise prochainement en boutique, ou pas !

La marque a été fondée en 2016 par la designer sud-coréenne et, en partie japonaise, dont les designs futuristes utilisent des éléments de la culture punk pour une couture surréaliste qui reste l’antithèse du féminin. Il y a quelques semaines, j’ai écrit un article sur ‘Osez le moche’ que j’aurai dû garder pour cette collection. Utilisant des matières dites innovantes et durables – encore heureux – ainsi que des techniques de production de pointe : le virtuel et l’impression 3D, le type même de la dématérialisation de la couture, qui fait de cette couturière, finalement, un esprit et c’est probablement pour cela qu’elle se prend pour Dieu Lire la suite »

MARGUS LE SCEAU IMPÉRIAL DE BOGOTÁ

Publié le Mis à jour le

Si vous êtes avec Nicolas Le Floch, rue des Prouvaires, signifiant prêtre au moyen age, parce que les vicaires de Saint-Eustache y l’habitaient au 12ème siècle et que vous rencontrez un chef qui parle japonais mais qui vient du Laos, vous êtes au restaurant le Margus. C’est un petit restaurant où la devanture n’est pas secrète mais discrète. Le décor intérieur soigné, type « Cuba libre », avait émoustillé les deux jeunes Bimbos qui m’accompagnaient. A la seule évocation de Cuba libre, les donzelles avaient imaginé le « cul libre » dans un after de Carthagène après ripaille.

Cinquante mètres carrés qui transportent les visiteurs dans une ambiance de « melting porte » de la Colombie et du Japon réunie, en passant par le Laos. Les frères Quillet voulaient recentrer leurs racines dans ce lieu parisien où leur jeunesse, pas si lointaine, avait traîné leurs guêtres dans le Paname de la Cour des Miracles. Et un miracle, il y en a eu un, comme on en voit émerger maintenant, des banquiers reconvertis en violoncelliste de la haute Cuisine Française. Fusionnant leur énergie pour enfanter le Margus, le nom de leur grand-mère chérie, ils proposent un voyage gastronomique sans mesure. Décor vert pastel évoquant la Colombie ou un restaurant de La Havane post révolution, Juan et Alexandre ont choisi de faire venir à Paris le chef Tomás Rueda de Bogota afin de réaliser cette somptueuse carte de saveurs pour illuminer vos papilles. Lire la suite »

GIAMBATISTA VALLI PARIS 2019

Publié le Mis à jour le

Le fez ou tarbouche comme couvre-chef masculin sur femelle, et en forme de cône tronqué, orné d’un gland noir fixé sur le dessus, mais le gland n’était pas là où on le pensait hier soir au musée Georges Pompidou. Là où les limousines tapissaient le parvis du centre de Paris, une vision de l’Empire Ottoman du XIXème siècle ou peut-être une couture de Giambattista Valli. Prenez un soupçon de culture, quelques anciens modèles, raccourcissez les jupes, changez les couleurs de préférence, prenez un maquilleur et un coiffeur différents à chaque fois. Ensuite, louez un endroit charismatique dans Paris, comme un musée pour faire croire que vous êtes vous-même rentré dans ce lieu de culture. Invitez les blogueuses de moche et aficionados ainsi que des people ex-mannequins inconnus, ou ex-chanteuses pour un soupe de chiffon au centre du Paris populaire, qui devient par magie « people’r ».

Mettez tous ces ingrédients dans ce hall, secouez et maltraitez les, ils sont un peu masos !!! Parlez leurs comme du bétail, qu’ils prennent conscience qu’ils sont privilégiés, et là, vous aurez toute la presse qui encensera votre piètre contribution à l’histoire de la mode Française.

Le couturier entraîne avec lui, une fois de plus, la dégradation du label « Haute Couture » oubliant au passage que c’est « La Haute Couture » qui permet à la France de rayonner dans le monde par sa vision toujours futuriste de la mode. Lire la suite »

PARIS RESTERA TOUJOURS PARIS

Publié le

Une fashion week parisienne qui sera perturbée le samedi 19 par les manifestations des gilets jaunes, ce qui a poussé quelques maisons à déplacer leur présentation, comme Thom Browne qui défilera plus tôt dans la journée, ou Dior, qui a avancé son show le 18 à 18h. La Haute Couture, qui se tient à Paris, présente les collections les plus exclusives de la mode mondiale. Une vitrine de l’artisanat de la mode qui reste généralement extraordinairement inventive ainsi qu’un laboratoire d’idées pour les maisons : tulle et paillettes fabriqués par les artisans les plus qualifiés de la planète. Lire la suite »

YANINA L’ACCROCHE COEUR

Publié le Mis à jour le

J’avais sorti ma fourrure du frigo pour aller à la présentation de Yanina Couture pensant bien que l’oligarchie russe tout entière de Paris serait présente pour les 25 ans de la maison. Yanina Couture fête effectivement ses 25 ans cette année et à la prochaine rentrée, dit-on sous le manteau, elle espère être au calendrier de la Chambre Syndicale de la Haute Couture. Après un long périple, elle finit par obtenir finalement leGraal tant convoité.

C’est une ambiance un peu particulière car toute la diaspora russe est présente comme si après la Révolution d’Octobre, tous les russes de Paris étaient présents. Les Russkoffs sont de sorties : renard, chinchilla, vison et hermine recouvraient le front row comme si les bêtes sauvages s’étaient données rendez-vous dans le fin fond de la steppe, il ne manquait plus que Léon Zitrone pour que le spectacle fut complet.

En Russie, pour attirer les mâles dominants, les femelles sont prêtes à tout, et Yanina Couture donne un show comme une parade nuptiale qui exhibe de longues robes ornées de plumes. C’est un message subliminal de la créatrice ; une ronde des muses qui passe et repasse devant nous comme un ballet attractif et gracieux.  Lire la suite »

ON AURA TOUT VU PARIS 2019

Publié le

Une pointe de dérision, un goût certain pour les jeux de mots et d’esprit, un amour inconditionnel du travail artisanal, voilà comment ils se définissent, et la présentation qui avait lieu à la Mairie du 4ème, place Baudoyer devient au fur et à mesure le lieu où il faut être pour la Fashion Week. La salle était comble et nous attendions tous avec impatience, comme chaque saison, la présentation de la collection de Yassem et de Livia. Deux dragons postés à l’entrée du défilé protégeait la création des deux designers. Le dragon animal imaginaire et inventé pour servir les hommes afin d’expliquer les phénomènes naturels qu’ils ne comprenaient pas. Maléfique et ravisseur de princesses en occident au Moyen Âge, symbole de vie et de puissance en Chine, protecteur en Indonésie, gardien des sabres au Japon… Le dragon est une créature fantastique et c’est, sous ce signe et cette alchimie que la collection était présentée. Lire la suite »