GUO PEI

GUO PEI CASH

Publié le Mis à jour le

Rococo ! Vous n’avez pas pu passer à côté de cette couture faite de foison­ne­ments, de motifs prétentieux, qui puise ses racines dans une Chine millénaire comme pour nous rappeler que les Chinois étaient autrefois une puissance monarchique.

Sous Mao, la mode se décli­nait par des cols droits représentant la globalisation d’un seul pays, mais surtout, d’un peuple de paysans sans vêtement de style. « On regarde une civilisation à son habillement » disait le philosophe Platon. Le regard sur le peuple détermine le pays alors que les déguisements des nanties représentent la minorité des castes qui se disent supérieur.

Guo Pei est un point d’épure d’une vision exu­bé­rante et pompeuse. Cette couture est bombée comme le bréchet de certains oiseaux et comme le paon, la créatrice fait la roue. Comme taillé dans une armoire normande bien lourde, un bouquet de fleurs non pictu­ral détonne dans cet ensemble Chino culturellement abscons. Une silhouette rococo pour la chinoise la plus méconnue d’Europe.

Fils dorés sans chic, vociférateur de style, et gueuloir à bourgeoise du royaume ‘bling bling ‘ elle pense que sa couture est tirée de la culture de la mode Française. C’est comme si l’on m’avait présenté un verre de vin de messe, servi dans le soulier d’une femme de mauvaise vie pour mieux me faire avaler ce breuvage sans saveur. Lire la suite »

Publicités