Évènements Fraîchement Actualisés

RICK OWENS 2017 PARIS

Publié le Mis à jour le

Publicités

DIOR PARIS 2017 LA TOUCHE GRAZIA

Publié le Mis à jour le

diorUne « escrime » de lèse-majesté. Maria Grazia Chiuri aurait-elle voulu se protéger des futures attaques de mon fleuret car à la fin de l’envoi, je touche. Sur une musique « Under The Sun » de Mark Pritchard, lancinante et entêtante qui va, durant tout le show, nous heurter les oreilles, les plastrons d’escrimeuses arrivent les uns derrières les autres, cœur en bannière pour mieux nous toucher.

Elle tire le tissu, agile comme Scaramouche, comme si elle pouvait imaginer qu’à la fin de l’envoi, je me couche. Vous cousez plus blanc que l’amidon comme pour nous faire un don mais, nous parons la pointe dont vous me faisiez don à la fin de l’envoi, je touche. Nous cherchions des princesses habillées de crinoline, nous avons eu des bassesses entourées de banderilles mais à la fin de l’envoi, je touche.

Vous êtes venue du Piémont pour nous faire oublier Simons, mais vous n’avez rien changé pour le faire oublier et à la fin de l’envoi, je mouche.

Anonymode

L’ELEGANCE VA DISPARAITRE !

Publié le Mis à jour le

oldshcoolSi vous voulez échanger sur la déliquescence de notre monde, vous pouvez regarder ces quatre images : à gauche les images d’antan glamours ; superbes, créatives et à droite la lie de la société ; Kim Kardashian et Mikci Minaj, les deux femmes les plus vulgaires de la planète qui représentent aujourd’hui les marques. La question qu’il faut se poser : c’est pourquoi la dérive de notre société s’est opérée de cette façon ? On a toujours été tiré vers le bas plutôt que d’être poussé vers le haut.

L’exemplarité des parents sur les enfants, les télés poubelles, la vulgarisation de la mode à travers des Zaras et autres marques, qui ne sont, en réalité, que des plagieurs, des artistes de notre temps, font qu’aujourd’hui tout un secteur est dans la tourmente et se meurt tout doucement, mais sûrement. Alors, que pouvons-nous faire ? En réalité, pas grand chose à moins de faire un pas de géant en arrière. Nous ne pouvons rien faire qu’essayer de donner dans notre travail l’exemple par la qualité et surtout l’exception. Lire la suite »

COURREGES MODE SANS ART

Publié le

theinfluencerUn duo de jeunes créateurs va donner un nouveau souffle à Courrèges disaient-ils ! Agés respectivement de 25 et 26 ans, ils ont mis en sommeil leur marque, mais j’ai l’impression que c’est nous qu’ils ont mis en sommeil !

Le duo s’est rencontré en 2009 à Mod’Art International, la plus mauvaise école de Paris ceci explique peut être cela ! Sébastien y découvre le stylisme et le modélisme et Arnaud le business de la mode, mais à Mod’Art il est probable qu’ils n’aient pas appris grand chose, devant le turnover incessant des professeurs de Mode. L’année dernière, quatre mois après le début des cours, l’école laisse partir ses meilleurs professeurs, laissant les élèves dans le plus grand désarroi… Bref, cela est une autre histoire.

Revenons à la collection. Le style et l’esprit Courrèges sont-ils là ? En réalité, Non. Toutefois, la collection est un peu mieux que celle de la dernière fois. Cela prouve qu’on peut apprendre à tous les âges.

Le président, en veste bleue et chemise ouverte, était plongé dans ses rêves sur « le vêtement », et, à la question : qui est Courrèges pour vous, il répond : un créateur m’a-t-on dit. C’était probablement Wargnier qui l’avait informé, en lui donnant quelques cours aux Écoles
Anonymode.

YVES SAINT LOLO 2017

Publié le Mis à jour le

influencerHier soir 20 heures, à l’hôpital Laennec à Paris, le lieu n’a rien à voir avec la mort annoncé de la Chambre Syndicale mais au contraire, avec la naissance du couturier Vaccarello dans ‘l’habit-me’ de Yves Saint Laurent. Chantier en devenir comme celui de la marque où après Slimane tout est à reconstruire.

Comme elle est rude la pression pour Anthony Vaccarello de prendre un costume si grand. Comme lui nous sommes là tout ouïe à attendre sous le sigle « YSL » géant lumineux le commencement du défilé en espérant qu’il ne tombe pas sur nos têtes, quand le vent commencera à se lever.

Le premier modèle s’avance en jeans et body en cuir qui nous suggère une femme Saint Laurent en totale décontraction. Mais que s’est-il passé depuis que le Maître a quitté le monde de la mode, pour que l’on vienne inlassablement nous proposer un générique de mode, comme une pilule que l’on avalerait peu à peu pour au final faire de la femme « un » (si peu de féminin).

Alors au milieu de la collection, comme si le créateur s’était aperçu de son erreur, il s’est senti obligé de nous montrer des attributs féminins, comme pour nous signifier que c’est bien de la femme glamour dont nous parlons.

Tous les ingrédients étaient réunis : chantier, grue, hôpital, malades et enfin un Lire la suite »