PFW

HAUTE COUTURE ANHÉLATION

Publié le Mis à jour le

Voilà une annulation qui va poser problème ! La Haute Couture ne présentera pas en juin ! Mais, pourquoi grand Dieu ? Peut-être ne faut-il pas révéler au grand public que très peu de couturiers, (j’en compte seulement deux ou trois) puissent réaliser de leurs mains et seuls dans leur atelier des robes de Haute Couture.

Les vais couturiers usuellement n’ont pas besoin d’équipe pour créer une robe, à l’image de Franck Sorbier, de Stéphane Roland, ou de Christophe Josse. Quant aux autres ils produisent une Haute Couture « prêt-à-monter » de luxe, et tombent sous le statut d’infatigables barbouilleurs. En bref, des Voltaire de femmes de chambre.

Nous voilà, enfin, en un temps où les vraies compétences vont pouvoir s’exprimer et que les faiseurs de vent vont être dévoilés, ces apostats sectaires iconoclastes et écoliers charlatans. Vous pouvez déjà imaginer que le Rousteing de pacotille, seul dans son appartement, ne pourra coudre aucune collection de Haute couture, pas plus que l’homme de Tolède et sa Maria Grazia Lire la suite »

AKRIS PARIS 2020

Publié le

Brune, telle une lance en sa gracilité, son regard reflétant l’éclat du fer bleuté, la taille mince, évoquant une lame qui ferait couler un rouge sang, comme un verre en fusion, sur ma feuille qui s’épanche. Le cœur touché et les ailes battantes, là où la brise du matin me fait deviner le superflu, pour découvrir les robes d’Akris, comme un vœux enfoui voilà la grâce délicieuse, la splendeur charmante de l’âme, où l’heure des amants s’unissent ! Un moment de tendresse pour un désir qui dort, mais d’un oeil.

Anonymode

GAULTIER, LA VIE DES AUTRES

Publié le Mis à jour le

Voilà une idée plus que révolutionnaire, une idée de Francis Menuge, ancien Président de Gaultier et de Donald Potard avec la complicité de Jacques Mouclier, qu’ils avaient eu en leur temps. Un projet, qui faute de la maison Patou, n’était jamais arrivé à concrétisation à cause d’une sorte d’humain de contrefaçon. Les hommes de mode sont ainsi fait. Avec un Ego tellement démesuré, ils reprennent les idées des autres pour se les attribuer. Comme D Grumler qui s’attribue la création de la banque d’investissement : idée et réalisation de Jacques Mouclier, ou encore ce Monsieur « J langue de bois » qui aurait eu l’idée de la cour carrée du Louvre pour les présentations de Haute Couture, mais en réalité, idée à attribuer à Pierre Berger et Jacques Mouclier.

Voilà donc un Gaultier qui a tellement piqué chez les autres que maintenant il va leur faire réinterpréter leur propre modèle, un comble ! De deux « choses lune », l’autre étant le soleil ou JP Gaultier devient Alzheimer ou cette âme désespérée rumine de ne jamais pouvoir être un Karl, et continue à se morfondre dans l’effort inutile, et déprime de ne jamais avoir les douleurs de l’enfantement de la création. Je dirais qu’il produit de l’ordure m’importe guère, le seul ennui c’est qu’il la rend ! Maintenant, il veut la faire produire par d’autres. Lire la suite »

CHANEL ZARAISATION DE SA MODE

Publié le

Virginie Viard serait-elle en train de faire bouger les lignes chez Chanel ? Après un décor tout en sobriété qui s’éloigne des fusées de Karl Lagerfeld, la créatrice vient de faire défiler ce mardi 3 mars un mannequin, de taille 40, la Néerlandaise ill Kortleve, autrement dit, la taille la plus portée par les Françaises, selon l’IFM. « T’es belle comme un camion tout neuf » comme dirait notre ministre de la culture, ancien directeur d’une concession automobile. Lire la suite »

YEEZY GOMATIQUE DE RIRE

Publié le Mis à jour le

Au même titre qu’il croit être le plus intelligent de la terre, il doit être aussi le couturier le meilleur du monde ! Voilà Yeezy un gorille écrivant le mot « Fatalité » ! Alors nous nous sommes rendus à l’ancien siège du partie communiste place du colonel Fabien pour voir ce génie sans bouillir de la mode. Je ne vous raconte pas la tête que va faire son pote Trumps quand il va savoir qu’il présente sa collection chez les communistes !

Décrire ce que nous avons vu ! Difficile : des sacs à patates pour des mannequins, des vêtements sans construction, et là vous pouvez vous rendre compte que ce rappeur n’y connait rien à la mode. Il est comme ces négrillons blafards laissant sa raison au vestiaire, et badinant impunément et effrontément avec un semblant de couture. Il nous fait subir lâchement sa prose digne des latrines. Il est indifférent au grand spectacle, et par conséquent impuissant à la couture, ne ressentant aucune impression, se trouvant tout de suite ruiné alors même qu’il n’avait même pas commencer à couper le tissu. Trop orgueilleux pour se contenter d’être un médiocre chanteur, il veut en plus inventer le diabolisme et se figure avoir découvert Charles Manson et l’Ile de Lesbos pensant que celle-ci était la nouvelle Chrisler. Quand on lui a dit que l’architecte était Oscar Niemeyer, il nous a rétorqué la distillerie !

Voici le plus crétin des pseudo couturiers, le monsieur Kardashian (qui se ressemble s’assemble), le Kanye complètement à l’ouest, qui pense qu’avec sa femme, ils vont venir investir la Fashion Week de France, alors qu’en réalité, ils n’ont été invités qu’à un seul show, celui de Roustaing. Normal car dernier n’a également aucun diplôme dans la mode ; les nuls se reconnaissent toujours entre eux. Lire la suite »

KRISTINA FIDELSKAYA PARIS

Publié le Mis à jour le

Un vieux nuage gris survole mes yeux au loin, et désormais, exhale la majesté de Paris sous la pluie, puis le froid se fait sentir dans l’attente, et l’immense occupant que forme la Fashion Week nous fait sentir que nous touchons peut-être au merveilleux. Depuis huit jours, dans l’attente du rêve, je suis prêt à m’enflammer pour déployer ma plume, enfin !

Puis subitement, je m’enivre sans réserve des émanations de cette femme, de sa sueur et de ses larmes, parce que tout ce qui s’échappe d’elle est sacré, car son origine humaine est la quintessence de ce monde. Depuis le début de la Fashion Week, nous avions amassé des centaines de chimères et de robes. Mais là, pour la première fois, nous apercevions enfin la beauté dans toute sa splendeur. Et la salle en silence face au vide de nos esprits, nous fait prendre conscience que c’est un grand luxe d’attendre l’improbable.

Le ciel rougeoyant pareille à la caresse de ces femmes éblouissantes en blanc, qui se détachent de la faune des aficionados. Voilà une lumière insolente qui m’a obligé à fermer les yeux, et derrière mes paupières, tout l’or du ciel blanc du soir était resté dans sa blancheur virginale et époustouflante que Kristina nous donne comme un cadeau. Lire la suite »

REDEMPTION PARIS 2020

Publié le Mis à jour le

Il n’y a ni niveau, ni rivaux non plus d’ailleurs, et si on veut le péché au vif, il faut mieux le faire au pif du sujet. L’impression de cette collection a cette odeur de tissu fermenté de trop-plein, non pas de génie mais de jaunie, un relent de couture pour boutique de la banlieue de Hong Kong, pas King, mais complètement Kong.

Non seulement l’observation de ce monde est superficiel, les robes démodées, la couture commune est dépourvue de caractéristiques. En bref, une œuvre mauvaise, et il est un de ces malheureux dont on peut dire qu’il faudrait mieux qu’il ne fusse pas né. Rédemption en voilà un nom ; l’achat du genre humain par le sacrifice du Christ qui a permis la rémission des péchés et donné un espoir de vie éternelle en Dieu, et pour une marque se prendre pour Dieu vous pouvez imaginer l’Ego !

On sort de la collection comme les cochons sortent d’un bourbier, abasourdi de déplaisir. Les clientes dont les mères faisaient des ménages et les filles présentes les défont, me disent à la sortie que jamais elles n’avaient vu autant de chiffons et, pour des bitumeuses, j’ai trouvé cela croquignolet. Lire la suite »

KENZO TRANQUILLE COMME BATISTA

Publié le

Qui se souvient de l’ADN Kenzo : de ses couleurs emblématiques et de sa couture inimitable ? Olivier Baptista nous propose une nouvelle forme travaillée pour la circonstance et ses débuts dans sa nouvelle fonction de la maison de l’homme de Tokyo. Sa première maison s’appelait « Jungle jap » transformée par la suite en « Kenzo », « un beau Fumet ». Ce créateur est né dans une ville de la préfecture de Hyōgo au Japon, célèbre pour son château, mais cela tout le monde de ma mode s’en fout un peu.

Le portugais, lui, c’est l’architecture qui l’avait attirée en premier, mais c’est en tombant sur un livre de Balenciaga qu’il décide de changer de voie, et d’entrer à l’université de mode et de design de Kingston à Londres, heureusement il n’est pas tomber sur une vidéo de Muss Mayer. Diplôme en « moche », il travaille en tant que styliste pour Max Mara, Christophe Lemaire et Cerruti. Il aurait pu devenir architecte mais « l’angoisse de passer six ans à construire un immeuble » a eu raison de son enthousiasme, il préféra donc l’angoisse de créer quatre collections par an.

Il pique volontiers et souvent des éléments du vestiaire masculin pour les donner à la femme, et privilégie l’image d’une femme forte et assumée, avec des épaules hyperboliques pour un look très Kenzo-file rehaussé d’un soupçon de LVMH, aller s’avoir pourquoi ! Et, si la beauté fait son lit sublime toute seule, elle bâtit étrangement sa renommée parmi les hommes, mais aussi à côtés d’eux, mais à l’écart. Lire la suite »

ZIAD NAKAD FILS D’ASTRAIA

Publié le Mis à jour le

Pour mes détracteurs, je ne prends seulement que la dictée de l’histoire, car, hors du temps, les créations de ce couturier défient les galaxies avec des robes spectaculaires qui transportent les femmes dans un rêve. Comme des constellations au velours bleu du soir qui fixeraient les étoiles sur du tulle argenté au firmament de la mode, pour enivrer la nuit d’une douce transparence sublime.

Ziad Nakad éveille les rêves les plus profonds et avec ses coloris pastels, champagne, argent et rouge soleil qui rougeoient dans l’infini, il nous transforme l’âme en un volcan qui s’impose à nous en créant le chaos dans notre imaginaire. Ce fils spirituel d’Elie Saab crée pour les princesses les plus riches d’Europe, et Libanais, de son état, il nous raconte les contes des mille et une nuits, en éclairant la mode comme Aladin de sa lampe merveilleuse.

Des rivières généreuses de broderies et de pierres précieuses, ultra-féminines, des robes fourreaux des plus sexy parées de drapés spectaculaires, un vestiaire précieux pour sa galaxie comme pour honorer les étoiles de son Orient natal. Lire la suite »

BOUCHRA JARRAR RETOUR EN GRASSE

Publié le Mis à jour le

Bouchra « j’rale » de ne plus être au calendrier Haute Couture. L’égérie fabriquée de toute pièce de patrons par D. Grumler, et la marocaine, la plus connue de Larache, nous donne, pour son retour sur la scène parisienne, un gilet sans dos orné de plumes et de perles, qui, elles, ne venaient pas du golfe Persique mais de Chine « made in plastique », un pantalon ample avec T-shirt de style ; « le T-shirt, une pièce bien connue dans la Haute Couture !!! » Et voilà, la nouvelle invitée du calendrier alors qu’ « On Aura Tout Vu », n’est même plus membre invité. Un comble !

Des bracelets en plumes d’inspiration « Massaï à la tronçonneuse », et réminiscence d’une version revisitée de sa ligne homonyme, pour un nouveau « slow gant ». Un jour, j’irai vivre en théorie parce qu’en théorie tout se passe bien. Une leçon de la parisienne dans un petit appartement passant par une chemise blanche, un pantalon, une écharpe bicolore avec une ceinture intégrée, tissu berbère et vous êtes « Soudan » passé du standard au chic merci « BoucheraZara ». La couleur caramel en hommage à ses racines nous « Rabat » notre caquet : « Ce sont mes couleurs d’ origine ». Le caramel colle au « palais » et menace la couronne. Lire la suite »

HERMES ON EST CE QU’ON NAÎT

Publié le Mis à jour le

« Et pourtant, mon cœur n’a pas de ride » s’exclamait Madame de Sévigné. À son époque, les soins se résumaient au lait d’ânesse, au vinaigre ou à la fleur de Capucine, mais aussi au rouge de craie de Briançon et au blanc de céruse également appelé blanc de Saturne. Le tout était acheminé de Venise par les premiers marchands de fards. Voici donc la maison Hermès qui fait courir à ses clientes une course en arrière pour la quête de leur jeunesse perdue; un prix de diam avant l’heure.

Il va en falloir des rouges à lèvres, et des corps gras en pagaille, pour tartiner de rouge les lèvres sur-gonflées de Botox des clientes de la maison herpès. C’est le communiqué de peste qui nous a inspiré avec ces 75 000 échantillons de soie et ces 900 nuances de cuir que la marque a compressé soit disant dans un tube. Un emballage rechargeable pour la caution écologique, et, au final, une collection qui sera en boutique à partir du 4  « sur mars » exclusivement dans les boutiques Hermès vu qu’ils sont persona non grata pour les boutiques de la plus belle épouse de Moïse et de la fille de Jethro.

Un philosophe disait avec beaucoup d’humour à 85 ans, que vieillir était un allègement. Mais la maison du Faubourg n’a pas compris que, outre le fait de vieillir et de régler le problème du vieillissement par la chirurgie esthétique et le Botox à outrance, mais aussi plus « softement » par des fars de toutes sortes, qu’il y a une autre solution, qui est bien plus efficace, un secret : donné ici par le bon sens même. Lire la suite »

LA METHAMORPHOSE PARIS 2020

Publié le Mis à jour le

Cette collection ne décrit en rien les mésaventures de Gregor Samsa, dans le livre de Kafka, mais de deux polonaises. Elles ont, cette année, sortie les points de feston couture pour donner une collection qui n’a rien à voir avec celle de l’année dernière. « Les couleurs de l’âme » est le titre de la collection : un cœur et une âme qui s’éveillent dans une conscience neuve et une âme qui écoute au lieu de vouloir être entendue.

Comme des mains sur les touches d’un piano, vous savez comment composer la musique des robes, et je me laisse envahir par cette musique, la fatigue peut-être ? Non, je deviens le simple serviteur de cette collection qui me donne envie de dépasser ma page. Pourquoi et comment, à cet instant ! Je n’en sais rien, mais peut-être, est-ce le désir de connaître le pourquoi et le comment qui s’appelleront dorénavant curiosité.

Une transparence de tulles sublimée par des mousselines, du satin et des soies, poésie de l’insaisissable, résolument optimiste, un souffle de beauté en ces temps de grisaille, interprétant le cœur humain, usant des sonorités et des sens pour exprimer les sentiments les plus nuancés, et évoquant des images qui résonnent puissamment dans l’imaginaire de mon passé avec une Polonaise. Voici donc la Pologne à l’honneur dans un tourbillon de taffetas, je n’aurai qu’un mot « Gratulacje » Mesdames, vous qui rendez à la Pologne la couleur de sa splendeur d’antan. Lire la suite »