EGONLAB SPRING 2023

Publié le

Florentin Glémarec et Kévin Nompeix ont estimé que la collection de printemps de leur label non sexiste « EgonLab » devait être ressentie comme une rupture avec la réalité. « Nous avons tendance à parler de ce qui se passe dans la société à travers la marque, mais en ce moment, en regardant les nouvelles, nous nous disons c’est trop’ », le monde imaginé par Lewis Carroll lui semblant être la destination parfaite, Alice au pays des vermeilles.

Escapade transformée en une aventure irrévérencieuse qui tenait plus des délices du café des désirs que du classique de Disney, si l’on en croit les gaufres aux formes anatomiques qui donnaient un sens osé à « mange-moi » et « bois-moi » servies avant le spectacle, la Bretagne à Paris.

Revisitant leur jeu habituel de superposition avec l’idée de corps qui ont grandi trop vite, on a pu voir une gamme de vêtements aux proportions déformées, où les décalages intentionnels sont devenus des occasions de montrer un peu de peau. Les vestes sont larges au niveau des épaules, les shorts sont si courts qu’une paire finit par ressembler à un slip taille haute, les pantalons sont si longs qu’il faut des bottes de sept lieux pour marcher.

Le Denim délavé traduit le sentiment que nous sommes tous un peu « enfilochés » sur les bords, pour une allure plus décontractée à la combinaison veste, jupe et pantalon, désormais emblématique de la marque.

F

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s