Jour: 10 janvier 2020

TANFIN LA MARQUE ET LA PLUME

Publié le

Babylone a vanté ses murailles de briques, Rhode a fait renommer son colosse l’orgueilleux, et l’Égypte a réalisé des sommets avec des masses de pierres admirables. Pour ma part, je réserve le travail de la plume à un miracle des cieux. Mais, qui sait que les plumes de corbeaux, de coqs de bruyère et de canards étaient utilisées pour l’écriture fine et les plumes de vautours et de l’aigle pour l’écriture à traits larges ?

La plume d’oie, elle est connue des romains pour écrire sur les parchemins et papyrus au IVe siècle, mais les égyptiens préfèrent le calame, c’est de là d’ailleurs que vient le lapsus calami : lapsus écrit, par opposition au lapsus linguae, parlé.

La plumasserie est sans doute aussi ancienne que les sociétés humaines. L’art plumaire est un art sacré et ce métier manuel demande une grande dextérité et de la concentration. Valérie Tanfin travaille la plume sous toutes ses formes : du plus minutieux et délicat au plus gigantesque et extravagant. Lire la suite »