Jour: 5 septembre 2019

PETER LINDBERGH PHOTOVOLTAÏQUE

Publié le Mis à jour le

Entre le regard du blanc et du noir, comme un fougueux renard qui souhaite attraper l’instant de l’esprit meurtri par sa Pologne lointaine, il était le doux sentiment perturbant d’une vision extra lucide. Un homme de talent n’est pas en concurrence avec les autres, car lui c’était un génie et un génie n’est en concurrence qu’avec lui-même. Peter Lindbergh était alternativement du côté noir et du côté du blanc, le noir de Soulage dans la mire de son viseur et le Click du romantique comme Joseph Mallord William Turner peintre de la lumière et des blancs. Il utilisait son appareil photo, non pas comme une machine, mais comme le prolongement de son cœur. Blanc ou noir qui une fois mélangé donne la poussière d’ange, qui se mélange en un étrange langage universel.

Le monde de la mode est en deuil car, hier, à l’annonce du décès de cet homme de 74 ans, Peter Lindbergh, venait de refermer la chambre noire pour toujours. Les femmes qui lui rendaient au centuple sa fascination pour le clicher parfait : Kate Moss, Naomi Campbell, Linda Evangelista, Milla Jovovich côté mannequins, Nicole Kidman, Isabelle Huppert ou encore Julianne Moore lui ont accordé une confiance aveugle. Un comble pour un photographe.

De nationalité allemande, Peter était né en novembre 1944 à Leszno en Pologne. Il a accédé à la célébrité en collaborant avec de nombreuses revues comme (Vogue, Vanity Fair, Harper’s Bazaar…) et en participant à un grand nombre de campagnes publicitaires ainsi qu’au fameux calendrier Pirelli où beaucoup d’adolescents ont vécu leur premier émoi solitaire. Lire la suite »