Jour: 18 juillet 2019

ELIE SAAD CHINOISE-MENT VÔTRE

Publié le Mis à jour le

La perception même de la Chine s’était inscrite autrefois dans une fausse image de l’Asie, résultant probablement de la méconnaissance qu’on avait de cette région du monde et longtemps caractérisée par son isolement et sa fermeture à l’étranger. La Chine, ancienne espace géographique et culturel inconnu pendant longtemps, n’avait été parcourue que par quelques rares voyageurs, provocant des  fantasmes à son sujet les plus fous, que peu de gens pouvaient les contredire.

Mais, voici le Elie « Damour » bercé par une grande blonde à la peau trempée dans un bac de kaolin donnant une porcelaine fine, mélangeant un fleuve de couleur topaze, avec des yeux retroussés vers les tempes. Le voyage d’Elie Saab, de la frontière de l’Empire Ottoman passant par Gènes entre l’Orient et l’Occident, s’ouvre sur la mer Égée, comme autrefois les chevaliers de Rhodes qui foulèrent ces mêmes routes. Voici le Sieur « Oüanges », visiteur chinois, qui croyait que l’Europe était un paradis d’honnêteté et de justice et qui raconte sa déception à Montesquieu, comme pour cette collection faite de traînes pour des traînées, qu’il veut nous chanter comme la fleur du pêcher. Lire la suite »

Publicités