Jour: 26 décembre 2018

J’IRAI LIKER SUR VOS TOMBES

Publié le

Il y a ceux qui « like» par nécessité, ceux qui le font parce que leurs doigts sont trop paresseux pour écrire un commentaire, ceux qui ne savent pas écrire et ceux qui ne « like » pas. Et, si cette typologie dichotomique des « social networkers » était bousculée par l’apparition d’un bouton « Don’t like » ?

Pouvoir choisir entre l’option « j’aime » et « j’aime pas » serait un minimum nécessaire par vision démocratique, mais l’expression des médias sociaux est-elle vraiment démocratique ? Le monde que nous impose Facebook est plutôt binaire et, pas vraiment républicain. Celui-ci gagne sur tous les tableaux. Non seulement le leader des médias sociaux vous demande de l’argent pour diffuser vos informations au-delà de 25 personnes, mais vous soumet à la publicité qu’il vous impose, et je ne compte pas les 40 millions d’euros que Bercy donne par an au groupe de Mark Zuckerberg pour espionner les contribuables qui seraient pris au volant de leur voiture de sport non déclarée aux services fiscaux.

Si le bouton « j’aime pas » apparaissait sur Facebook et Instagram, cela appellerait certainement à un boycotte référendaire des marques de luxe peu exemplaire, et c’est pour cela que les Gaffa ne le souhaitent pas, car pour eux des clients égalent publicité, et d’empêcher d’être hostile assure aux diffuseurs une action toujours positive sur les marques qu’ils représentent. Éventuellement un Emojï comme ‘ »j’aime, j’adore, je rie, je wouah, je suis triste ou en colère » rien de négatif, mais un « Don’t Like » serait une preuve de démocratie. Lire la suite »

Publicités