Mois: octobre 2018

RICK OF DARKNESS

Publié le Mis à jour le

Rick Owens, connu par ses fans sous le nom de « Lord of Darkness » – tout un programme – comme cet étrange défilé : l’univers d’un homme qui n’aime certainement pas les femmes. C’est l’homme adoubé par Anna Wintour, sa muse, qui ne vient même plus à son show, trop contente de l’avoir refilé aux Français de la Fashion Week de Paris. Le prêt-à-porter de Rick est celui qui n’est pas vendable en boutique, mais, nulle part ailleurs, peu importe, il y aura toujours une originale ou un expert branleur pour venir le faire vivre.

A cette vision, je meurs d’une mort lente et froide. J’attendais une mélodie me voilà en enfer, une couture aussi inutile qu’une chaude pisse dont on peut se débarrasser beaucoup plus facilement. Qu’il s’excuse auprès des vaches que l’on a dues tuer pour cette collection, élucubration que rien ne peut excuser d’homocider autant d’animaux.

C’est un crayon sans mine qui lui tient lieu d’imagination et qui nous emprisonne cette logorrhée capable de produire une couture des plus oubliables au monde, une goutte de pluie dans un océan de couture. Pour lui, pourtant, c’est une multitude de gouttes de pluie qui se rejoigne dans les « égouts » car tous les égouts sont dans la nature, comme les odeurs de ma voisine qui dégageait une odeur de Bimbo fétide qui serait en fin de « menstruation ». Lire la suite »

Publicités

FASHION WEEK SEOUL 2019

Publié le Mis à jour le

Bienvenue à la Fashion Week de Séoul ! Même si vous n’y étiez pas, l’attention accrue portée à la mode en Corée du Sud, ces dernières années, signifie que vous aurez certainement su qu’il se déroulait au Dongdaemun Design Plaza, un bâtiment vaisseau spécial, plus science-fiction pour une mode extra-terrestre, et conçu par Zaha Hadid, paix à ses cendres. Un lieu de prédilection pour les gogos de la mode en mode bridé pour les Américains, et où les Rambos locaux arrivent en pagaille avec leur hamburger plutôt que de goutter le Bibimbap local. Pourtant, tous les restaurants vous le proposeront : un plat délicieux à base de riz, de légumes sautés comme des carottes, des champignons, des pousses de soja, et d’un oeuf qui couronne le tout. Le mot signifie littéralement « mélanger » et c’est le principe du plat !. Lire la suite »

LANVIN ERSATZ LVMH

Publié le Mis à jour le

Guo Guangchang, personnage de roman et assurément romanesque, est un fils de paysan de la province de Zhejiang, près de Shanghaï. Il a suivi des études d’économies à l’université Fudan. Il crée Fosun avec deux proches : un diplômé en génétique et sa première femme. On compare volontiers cet homme d’affaires à Warren Buffet pour son entregent et son sens des bonnes opportunités.

La maison Lanvin aurait enfin trouvé le groupe et le designer en mesure de redonner un avenir à l’histoire de la maison. Pour le créateur, il s’agirait de Bruno Sialelli, ancien responsable des collections masculines chez Loewe depuis 2016. Un couturier avec un curriculum hautement respectable par opposition au « barathon » de Balmain, et parmi ses expériences professionnelles, nous trouvons Christian Lacroix et Azzedine Alaïa et, plus récemment, en tant que styliste de mode adjoint pour Balenciaga, Acne Studio, Paco Rabanne et Loewe,

Bruno Sialelli s’occupera des départements féminin et masculin, ce qui ne m’étonne pas compte-tenu de la mode androgyne que nous admirons les yeux écarquillés, comme dans Orange Mécanique. Espérons qu’il a négocié deux fois son salaire de Loewe. Lire la suite »

BONJOUR BIMBO ADIEU MADEMOISELLE

Publié le Mis à jour le

J’ai retrouvé des lettres enrubannées d’un petit bolduc de soie rose dans un dossier bleu tombé dans l’oubli de la vie. C’était les nombreuses lettres que j’avais écrites, des lettres d’amour d’une époque qui, je le sais, ne reviendra jamais. Adieu Mademoiselle et Bonjour Bimbo qui vous regarde comme un portefeuille gonflé de cartes noires platinums. Adieu l’amour et le romantisme. Je prends la première lettre au dessus de ce petit colis comme pour me remémorer ce monde d’antan.

La lettre commençait par ces mots: « Hier, j’étais, comme dans un rêve, incapable d’entendre les foules qui rodent autour de moi, et une montagne de mots qui se bousculent sur ma feuille, reflète la sensualité et me fait entrevoir la splendeur aveuglante de ce moment irréel. J’ai pensé, à cet instant, comment un moment peut-il être si chimérique et si réel à la fois.

Il y a trop d’esprit entre nous, trop de littérature, et j’aime en vous cette douceur étrange qui se transforme toujours à la fois en intelligence, un curieux mélange d’une femme avec la conscience sensuelle des choses qui enivrent une vie. Ton rire était un rire capable de blesser, et pourtant il était riche, doux et moelleux.

Je croyais être amoureux de ton esprit et de ta façon de voir le futur. Pourtant, je ne voulais pas de celui-ci parce qu’il signifiait le chaos, parce qu’il fait vaciller l’esprit comme les lampions sous le vent de la Côte d’Opale. J’ai des bouffées d’amour qui m’étouffent comme un gâteau trop sec. Je rêve encore de ce baiser dévorant que j’essaye de rendre aussi réel que possible à cette heure tardive de la nuit. » Lire la suite »

KORSAVA TBILISI 2019

Publié le

Korsava, c’est plutôt une collection pour anciens de Verdun ou asthmatiques des pets de bimbos de la fashion week qui operculent tel le râle de Joey Starr en concert à Bercy. Salopettes à gogo et vinyle de Renault 5 des années 1970, bottes de chasse pour danseuses de chantier et conductrices du Caterpillar 797B, normal, elles sont belles comme un camion tout neuf.

Une ascension de l’Annapurna de la mode ou l’art d’accommoder l’Everest. Couture moyenne qui aspire aux grands sans pouvoir l’atteindre, et qui fuie la vulgarité sans pourvoir lui échapper. Mieux vaut un peu d’histoire plutôt que de continuer à écrire cette planche de vinyle à coudre de l’égo de la créatrice. Collection pour SM, BD en herbe, et tueurs en série, pour la capitale de la République de Géorgie. Lire la suite »

FÉCONDATION IN… VUITTON

Publié le

La vision de l’art pour le Seigneur des Arnault commence par une sélection pointue des meilleurs artistes comptables ou comment payer moins d’impôts. C’est certainement, pour cette raison que c’est une partie des Français les plus modestes qui paie la moitié du coût de sa Fondation, à savoir plus de 100 millions d’euros chaque année, ce qui prouve que le Seigneur est le meilleur businessman au monde. Un monde qui tourne autour de : » Je détrousse les pauvres au profit des sangs bleus et le bleu est celui de Klein ». Le concept de Robin des Bois de Boulogne qui a subi un lifting des services du marketing du groupe.

L’État avait pris en charge 610 millions d’euros de travaux sur les 800 prévus, mais qui dit « Charge de l’État » dit contribuable, une gageure. Quand on sait que le groupe et le « Sheriff of Nottingham » compteraient dans les paradis fiscaux plus de 200 filiales, pour ainsi déduire chaque année 60% de l’argent investi dans la Fondation, cela pose question.

La marque Louis Vuitton est-elle financée par l’État Français ? Cette fondation signée du logo LV sur la façade est une entreprise non commerciale pour éviter une collusion avec le logo LVMH car le cadre fiscal du mécénat est strictement réglementé et n’a pas du tout vocation à servir de vitrines promotionnelles. A ce jour, aucune action n’a été intentée devant une juridiction compétente, par peur, certainement, de la fureur de l’homme, le plus puissant de France. Lire la suite »

LETTRE OUVERTE A UN HOMOPHOBE

Publié le Mis à jour le

C’était un weekend à plusieurs centaines de kilomètre de la capitale, dans cette province que ma femme exècre, où des cathos homophobes et ignorants ont un avis sur tout et surtout un avis. Des sortes d’humains de contrefaçon qui, quand nous lui avons donné notre lieu d’habitation, le Châtelet, nous ont catalogués immédiatement comme bobos parisiens ; cela commençait bien ! Quand le sujet est venu sur notre métier : le milieu de la mode et du luxe, le cerveau, habituellement lent de cet imbécile pure souche, s’accéléra pour faire ce raccourci que j’étais certainement Gay comme tous les gens de cette profession.

Il y a une rumeur récurrente dans le monde de la mode, qui se chuchote seulement, que celui-ci serait intimement dominé par des hommes Gay. Cette rumeur, qui n’est pas justifiée, mais colportée par des incultes de ce genre, est persistante. Non content de sa tirade d’un autre âge, celui-ci se met à déverser des infamies sur une pratique sexuelle qui ne concerne pas, d’ailleurs, que les homosexuels, et qui n’a rien à voir avec ceux-ci, confirmant que ce Monsieur, peu éduqué, confond tout. Mais, à quoi bon expliquer à un expert en billevesées, que l’amour n’ a pas vraiment de sexe, et que la pratique sexuelle n’a rien à voir avec votre orientation. Lire la suite »

NOTRE DIAM DE PARIS

Publié le Mis à jour le

Un spectacle son et lumière qui sera à l’image de la fête des lumières de Lyon. Les bonnes idées sont toujours copiées, et le temps estival fera le reste. Donc du 18 au 25 octobre prochain, vous êtes à invité un mapping vidéo ; une projection de lumière sur la façade de « Notre Diam de Paris » : une création sonore et que la lumière soit dans la nef de la cathédrale. Un son et lumière qui va nous changer du son des klaxons des automobilistes en colère et des appels de phare des mêmes qui, à chaque carrefour, pour une trottinette ou un vélo, erre sur les voies vides comme un mongole dans la mer de sable du désert de gobi. Vous allez en prendre plein les yeux nous promet la mairie ! On en avait déjà plein le c.l. Maintenant, nous en aurons aussi plein les mirettes. Voilà de quoi finir de nous achever, surtout quand vous apprendrez le coût exorbitant à la charge du contribuable d’une ville qui accuse un déficit chronique de 500 000 euros par jour. Lire la suite »

CARAT MOI GEMME !

Publié le Mis à jour le

Le Carat est une unité qui mesure la masse pour la pesée des diamants avec la graine de caroubier et ses sœurs précieuses. Richemont mesurait déjà le temps qui bat dans l’ombre avec cette douceur, coup par coup, dans le boîtier de ma Baume & Mercier. Quand je suis arrivé rue Vieille-du-Temple, le lieu me sembla adéquat pour un diamant. Une éphémère boutique de Cartier m’ouvre la porte de sésame ainsi que celle de mon âme pour ré-écrire le conte des mille et une nuits. Je viens pour découvrir la dernière création de la marque et son flacon et c’est toujours avec une émotion non réprimée. Mon cœur battait selon les consonnes et les voyelles de ce nom, un « C » pour Cartier, un « A » pour Asmara et un « T » pour Tangara, le juste nom que connaissait mon Nez.

Syllabes épanouis, ce Carat dont on ne peut se nourrir, hante mes os au premier contact, pour finalement arriver jusqu’autour de mon nez. La vue d’un flacon de la vallée de la Côte d’Albâtre émoustille toujours mon imagination, et me remémore des jours heureux quand j’y travaillais autrefois. Un diamant de Pochet, qui passe dans les mains expertes d’hommes/machines, fascine par son irisation, et sa structure Art Déco si difficile à démouler de son empreinte en acier poli comme un miroir. Lire la suite »