GIVE MY REGARDS TO LA CAMBRE

Publié le Mis à jour le

Véronique Leroy, le roi n’est pas son cousin, pourtant elle est belge. Ce matin-là, au Palais de Tokyo, elle a rendu une collection qui reçut un accueil frileux. Les différents modèles présentés étaient plutôt de bonne facture, mais, pour certains, complètement importables en ville à moins de vouloir se promener nue sous les giboulées de mars dans une combinaison de laine supra transparente assortie d’ajournements singuliers.

Un manteau veste en mouton lainé « retourné, cuir vers l’intérieur » : on pourrait songer que c’est un pléonasme mais c’est vraisemblablement une idée qui fera son chemin et revalorisera son entreprise.

« Créer, c’est vivre deux fois, mais créer c’est aussi de donner une forme à son destin » comme disait Camus. C’est le seul mal qu’on souhaite à Véronique Leroy.

Anonymode

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s