LE BREXIT DU LUXE

Publié le Mis à jour le

BREXITLes britanniques ont une approche totalement décoincée pour construire des marques de luxe. Ils sortent usuellement des sentiers battus. La première chose que nous enseignent nos voisins est une autre façon de voir et de développer les marques, et de créer un lien entre celles-ci et leurs consommateurs.

En ayant une approche totalement décomplexée contrairement aux Français, qui tendent à les sacraliser. Pour les Britanniques, les marques sont principalement à inventer au quotidien, elles sont vivantes, elles n’ont pas d’attitude figée, elles sont là pour échanger avec leurs consommateurs, et même pour les devancer. Elles mutent avec leur temps.

L’histoire ne joue pas en faveur des Français. Le renversement de la royauté a donné lieu, en France, à la montée de la bourgeoisie. Notre mentalité est celle de la conservation des acquis, avec un jugement esthétique teinté de morale, quand nos voisins sont plutôt dans la défense du « bon goût ». Les Britanniques n’ont pas de problème entre les extrêmes de la noblesse et du peuple. De même, la richesse et les arts sont restés mêlés. Il n’y a pas de limites morales historiques venant refréner l’excentricité des lords ou celle des punks. »

Vu les tarifs pour se loger, les londoniens restent colocataires très longtemps. Du coup, l’accumulation ou l’installation ne sont pas leur priorité. Les jeunes Britanniques sont des consommateurs plus que des épargnants. Ils sont tournés vers l’extérieur, les sorties, habitués au temporaire ou même à l’éphémère. La consommation est assumée, vue comme une expérience, une façon de profiter de la vie

Conséquence, les Britanniques croient fondamentalement dans la capacité du « branding » et du design à générer performance et compétitivité. Ils n’hésitent pas à prendre des risques, à tester les nouveaux concepts tels qu’ils sont proposés, et sont prêts, en revanche, à les remettre totalement en cause en cas d’échec à répondre aux objectifs. Ils n’ont pas peur d’expérimenter. Dans les pays anglo-saxons, le branding vient souvent avant le marketing. »

Anonymode

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s