HOW A TYCOON IS TRANSFORMING LUXURY

Publié le

ROILe magna du luxe à la Française, chemise blanche et costume gris ouvre le séminaire annuel de Louis Vuitton qui réunit 450 cadres du premier groupe de luxe mondial venus de toute la planète.

Chronique d’une journée de l’homme le plus puissant de la planète qui formate nos rêves. Nous somme le 19 mars 1999 et afin de fixer une ligne directrice commune du groupe, et de donner le sentiment d’une certaine solidarité entre les différents métiers, pays et filiales d’une entreprise au fonctionnement décentralisé.

Même au sommet le propriétaire voit tout, contrôle tout, surveille tout. Soudain, un homme sort prestement des coulisses, monte sur la scène et passe un mot au polytechnicien que celui-ci regarde du coin de l’œil, sans rompre le fils de son discours.

Sur le bout de papier que lui tend son chauffeur, en charge également de sa sécurité rapprochée, Bernard Arnault lit : « Appelez votre secrétaire de toute urgence ». Le patron mesure aussitôt que quelque chose de grave s’est produit. Ces consignes sont, en effet, strictes et toujours respectées. Il ne doit être dérangé sous aucun prétexte. Seule sa secrétaire et son chauffeur ont son numéro personnel. En continuant son discours, il pense à ses enfants et à un enlèvement comme la famille Peugeot. Il vit dans la crainte que quelqu’un vienne briser le rêve qu’il a construit pas à pas.

Pardonnez-moi de vous déranger lui dit-elle, d’un ton un peu apeuré mais je vous appelle pour vous donner une nouvelle importante : François Pinault a annoncé qu’il rentre en force au capital de Gucci.

C’est une attaque en règle par le Breton que Bernard Arnault qualifie, en petit comité, de breton qui n’a comme diplôme que sont permis de conduire. Au bout du fil un long silence de quelques secondes, presque une éternité, puis : ‘Pinault reprendrait Gucci et Saint-Laurent ? Etes-vous sûre de ce que vous dites ?’ Oui je vous le confirme.

Bernard Arnault raccroche, sans dire un mot de plus la mâchoire serrée. D’un regard perçant, le patron d’LVMH revient dans la salle, remonte sur scène et reprend la parole avant de prendre congé de son auditoire après avoir lancé sans autre détail et sur un ton glacial qu’il venait d’apprendre une grande nouvelle pour tous : la Redoute se lance dans le luxe.

Bernard Arnaud rentre aussitôt à Paris au siège de LVMH où tous les dirigeants du groupe sont convoqués pour une réunion extraordinaire de crise. Le patron attendra impatiemment l’arrivée de son fidèle conseillé, l’artisan depuis l’origine de tous ses succès. Ce dernier était à Amsterdam pour une réunion de conciliation.

C’est un jour qu’il n’oubliera jamais, car Bernard Arnaud a enfin trouvé un adversaire à sa mesure. Il est entré de plein pied en toute connaissance de cause, avec une sorte de joie sauvage, dans le monde de l’irrationnel, où la loi des chiffres s’efface devant la violence, l’amour, et la reine. Il est comme un félin, il va se jeter sur sa proie.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s